Danse

8M3

Kelemenis&Cie

8M3, une métaphore du confinement peut-être, où l’espace exigu devient, grâce aux artistes, le point de reprise de l’imaginaire, cette chambre d’enfant d’où se rêve le monde.
Une riposte d’artistes pour amortir, en s’en emparant, l’atteinte portée au corps engagé.

À l’initiative de Michel Kelemenis, KLAP Maison pour la danse passe commande auprès de 7 chorégraphes danseur·euse·s basé·e·s en région, de pièces courtes fondées sur la formule d’application de la distanciation physique : 4m2, soit pour une danse, 8M3.
7 solos de chorégraphes-interprètes basé·e·s en Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur : Corinne Pontana, Ana Pérez, Desiré Davids, Alexandre Lesouëf, Maxime Cozic, Sébastien Ly, Michel Kelemenis (solo pour Aurore Indaburu).

Seul et après
Alexandre Lesouëf explore l’humanité par ses états d’âmes, à travers une physicalité engagée héritée d’un passé hip hop et une présence ardente arrimée dans la liberté contemporaine. Il fonde la compagnie CAL en 2014, basée en Avignon.

Carrito
La danse d’Ana Pérez met en dialogue sa formation flamenca et l’expression contemporaine. Virtuose, flamboyante et volontaire, l’artiste, durant la séquence imposée du confinement, engage une recherche personnelle qui trouve en un solo son entier déploiement.

L’ingénue sorcière
Michel Kelemenis s’empare de la frénésie caractéristique de la musique de Paul Dukas. L’Ingénue sorcière Aurore Indaburu subit l’invasion de gestes en accélération toujours plus grands, toujours plus impossibles à contenir. Les pièces et personnages qu’imagine Michel Kelemenis équilibrent figuration et abstraction dans une liberté caractéristique qu’un corps expressioniste éclaire d’étincelles d’humanité.

De là à De là
Corinne Pontana, collaboratrice incontournable d’Ex Nihilo, développe un travail en solo au sein du collectif Abdel Blabla. Vivante en chaque pore, intense d’où qu’elle soit vue, elle relève avec gourmandise le challenge de la réactivité.

Aux bulles du monde
Née en Afrique du Sud, Desiré Davids s’inspire librement des vocabulaires de la danse classique, contemporaine et africaine qu’elle manipule, dissèque pour en extraire l’essence d’un style personnel.

L’œil du cyclone
Artiste félin, explosif et subtil, Maxime Cozic développe une écriture saisissante entre les codifications de la danse hip-hop et la densité de la danse contemporaine.

Horizon
Incarnation calme autant que déterminée, la silhouette de Sébastien Ly traduit par le geste les sensations que lui procure le monde, mais aussi ses doutes quant aux marques que lui appose l’humanité.

Seul et après
Chorégraphie et danse Alexandre Lesouëf
Musiques Max Richter, Greg Haines, Martin Kohlstedt

Carrito
Chorégraphie et danse Ana Pérez
Environnement sonore Aurélien Dalmasso et Ana Pérez
Crédit photo © Agnès Mellon

L’Ingénue sorcière
Chorégraphie Michel Kelemenis
Danse Aurore Indaburu
Musique Paul Dukas
Costume de La Barbe bleue (2015) Christian Burle
Crédit photo © Agnès Mellon

De là à De là
Chorégraphie et danse Corinne Pontana
Création sonore François Bouteau

Aux bulles du monde
Chorégraphie et danse Desiré Davids
Musique Ethan Davids

L’œil du cyclone
Chorégraphie et danse Maxime Cozic
Musique Loreena Mckennitt
Crédit photo © Maxime

Horizon
Chorégraphie, danse et musique
Sébastien Ly