10 Kg
Théâtre

10 Kg

Antonella Amirante

L’adolescence, c’est se tenir à la croisée de chemins. 10 Kg, c’est 10 Kg de vêtements où le noir prend le pas sur la couleur tandis que dans l’esprit un glissement s’opère. Vers le rejet. Vers le retrait. Comment réagir lorsque l’on est parent d’enfants radicalisés ? Lau Nova livre sans fard son expérience de maman.

Lieu
  • Châteauvallon
  • Baou
  • DatesDurée 1h
  • vendredi 12 février 20:00
  • samedi 13 février 20:00
Tarif B
  • Plein tarif 19 €
  • Tarif préférentiel 17 €
  • Tarif réduit 16 €
  • Tarif Jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

Après avoir écrit son désarroi de mère dans Ma chère fille salafiste, radicalisée à 12 ans, Lau Nova interroge la métamorphose de sa fille aînée Charlotte. Devenue Amira, celle-ci vit actuellement à l’étranger, épouse d’un mari polygame et totalement recouverte d’un sitar, vêtement qui recouvre intégralement le corps, ne laissant qu’une mince fente pour les yeux.

Dans 10 Kg, Lau Nova poursuit son questionnement. Elle veut comprendre. Sans anathèmes. Pas question ici de charge contre l’Islam mais l’auteure avoue sa sidération comme celle de son entourage et témoigne d’une onde de choc. La liberté des enfants n’est pas remise en cause, ni leur autonomie. Mais comment réagir face aux séductions de prêcheurs sectaires ?

L’incompréhension, le dialogue devenu impossible se dit ici avec le langage du théâtre. La mise en scène donne à voir par les jeux du corps un choix de « peaux » possible, le vêtement comme signe visible de l’identité.

Texte commande d’écriture à
Lau Nova, auteure du livre
Ma chère fille salafiste, radicalisée à 12 ans,
édition La boîte à Pandore

Conception et mise en scène
Antonella Amirante
Avec Eva Blanchard et Karin Martin-Prével
Décor et costumes Alex Constantino
Son Nicolas Maisse
Lumière Juliette Besançon

Production Cie AnteprimA
Coproduction Le Grand Angle de Voiron et Le théâtre Jean Marais à Saint Fons
Projet soutenu par Le Zef – scène nationale de Marseille et l’E N SA TT
La compagnie AnteprimA est soutenue par le ministère de la Culture DRAC Auvergne – Rhône-Alpes, la Région Auvergne – Rhône-Alpes et la Ville de Lyon

Photo © Isabelle Fournier
Texte © François Rodinson