Théâtre

Coriolan

[SUSPENDU]

488 avant J.-C., c’est aujourd’hui pour Shakespeare et pour François Orsoni.
Un homme politique doit-il être un bon acteur ? C’est l’une des questions posées par un texte vif et clairvoyant qui n’a pas pris une ride.

Lieu
  • Le Liberté
  • Salle Albert Camus
  • DatesDurée 2h environ
  • vendredi 6 novembre 18:00
  • samedi 7 novembre 18:00
Tarif A
  • Plein tarif 29 €
  • Tarif préférentiel 21 €
  • Tarif réduit 16 €
  • Tarif Jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

Le très orgueilleux général romain Caïus Marcius prend le nom de Coriolan après sa victoire à Corioles, ville volsque (aujourd’hui disparue) qu’il a assiégée. Sa nouvelle gloire le destine à devenir consul. Mais ne parvenant pas à se faire accepter par un peuple qu’il méprise, il est banni et s’allie aux ennemis d’hier, les Volsques…
Le rapport au « peuple », son instrumentalisation, la personnalisation du politique, les affects en jeu dans la conquête du pouvoir et dans l’exercice de ce pouvoir, les stratégies de représentation, ce que l’on appellerait aujourd’hui la « communication »… c’est avec une intuition géniale, il faut bien le dire, que Shakespeare extrait de l’histoire romaine des thématiques qui font mouche.
François Orsoni met en scène la théâtralité du politique avec une troupe aguerrie et passionnée. Dans une progression tendue, rythmée, fascinante, se déploient rapports de force, négociations et conspirations.

Première au Liberté

Texte William Shakespeare
Traduction Jean-Michel Déprats
Mise en scène François Orsoni
Avec Jean-Louis Coulloc’h, Alban Guyon,
Thomas Landbo, Estelle Meyer et Pascal Tagnati

Bruitage Éléonore Mallo
Lumières
François Orsoni et Antoine Seigneur-Guerrini
Scénographie et costumes
 Natalia Brilli
Photographie François Prost, After Party, 2018
Régie générale Antoine Seigneur-Guerrini et François Burelli
Création sonore et régie son Valentin Chancelle

Production Théâtre de NéNéKa
Coproduction Châteauvallon-Liberté, scène nationale / Spaziu Culturale Natale Rochiccioli, Cargèse / Le Théâtre municipal d’Ajaccio / Théâtre de la Bastille / Le théâtre d’Arles, scène conventionnée art et création pour les nouvelles écritures / Théâtre de Propiano
Avec le soutien en résidence de la Spedidam
La compagnie est soutenue par la collectivité de Corse et la Ville d’Ajaccio
François Orsoni a été sélectionné par la Villa Médicis, Académie de France à Rome pour une résidence de recherches autour du projet Coriolan
Administration et production Alma Vincey
Production et diffusion Karine Bellanger, Bora Bora Productions

Photos des répétitions © Vincent Bérenger, Châteauvallon-Liberté, scène nationale
Texte © François Rodinson