La Chute des anges
Cirque

La Chute des anges

Raphaëlle Boitel

Un conte en clair-obscur créé par Raphaëlle Boitel, à la croisée du cirque et de la danse. Merveilleuse circassienne, elle y convoque des anges déchus, prêts à tout pour retrouver leur liberté, pour le plus grand bonheur des petits et des grands.

La Chute des anges
La Chute des anges
La Chute des anges
La Chute des anges
La Chute des anges
La Chute des anges
La Chute des anges
Lieu
  • Le Liberté
  • Salle Albert Camus
Accessibilité
  • En famille
    • dès 10 ans
  • Dates Durée 1h10
  • samedi 1 février 2025 19:30
  • dimanche 2 février 2025 17:00
Tarifs
  • Plein tarif 30 €
  • Tarif adulte avec la carte Châteauvallon-Liberté 20 €
  • Tarif partenaire (CSE et Associations culturelles partenaires) 20 €
  • Tarif - 30 ans 15 €
  • Tarif - 18 ans 10 €
  • Tarif solidaire 5 €

Avec la Carte Châteauvallon-Liberté, votre 6ème place de spectacle est offerte !

Informations pratiques

Dans un monde sombre, les machines ont pris le pouvoir. Sous emprise, les hommes se regardent sans se voir dans un ballet robotique à la fois drôle et inquiétant. Mais l’un d’eux va refuser cet ordre établi, galvanisé par le désir de vivre.

Sur scène, des bras mécaniques articulés, des structures métalliques et un mât chinois mobile. Autant d’agrès autour desquels sept acrobates, tout de noir vêtus, se révoltent. Ils dansent et s’élancent dans les airs. Ils incarnent ainsi l’espoir, le lâcher-prise. Cette dystopie nous éblouit par sa très belle composition, alternant jeux d’ombres et de lumières.

Dans le cadre de la Biennale Internationale des Arts du Cirque Marseille Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Mise en scène et chorégraphie Raphaëlle Boitel
Collaboration artistique, scénographie, lumière Tristan Baudoin
Musique originale Arthur Bison
Costumes Lilou Hérin
Rigging, machinerie, complice à la scénographie Nicolas Lourdelle
Sonorisation Arthur Bison
Interprètes Alba Faivre, Clara Henry, Loïc Leviel, Emily Zuckerman, Lilou Hérin, Tristan Baudoin et Nicolas Lourdelle

Productions Cie L’Oublié(e) – Raphaëlle Boitel Coproduction OARA (Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine) / Agora PNC Boulazac Aquitaine / Le Grand-T, théâtre de Loire-Atlantique / Peak Performances Montclair (USA) / Plateforme 2 pôles cirque en Normandie / La Brèche à Cherbourg – Cirque Théâtre d’Elbeuf / Le Carré Magique / PNC en Bretagne, Lannion / Le Grand R scène nationale de La Roche-sur-Yon / Carré Colonnes à St-Médard-en-Jalles et Blanquefort / Relais Culturel d’Argentan / Les 3T – scène conventionnée de Châtellerault / Maillon, Théâtre de Strasbourg – Scène européenne.

La Cie L’Oublié(e) – Raphaëlle Boitel est en compagnonnage à L’Agora PNC Boulazac Aquitaine.

Elle est conventionnée par le ministère de la Culture DRAC Nouvelle-Aquitaine et soutenue par la ville de Boulazac Isle Manoire, le Conseil départemental de la Dordogne et la région Nouvelle-Aquitaine.

Photos © Giovanni Cittadini
Texte © Vanessa Asse

Longtemps, j’ai pensé que le rôle de l’artiste était de secouer le public. Aujourd’hui, je veux lui offrir sur scène ce que le monde, devenu trop dur, ne lui donne plus : des moments d’amour pur. Pina Bausch

Depuis mon premier spectacle, ou à travers les Opéras auxquels j’ai collaboré, je cherche à développer un langage chorégraphique. Ce langage s’invente à partir des relations entre les êtres, le quotidien. Il est fondé sur un vocabulaire qui mélange la danse, le théâtre, le cinéma et la matière circassienne. J’y convoque toutes les émotions, la virtuosité, la contorsion, la connexion entre les interprètes, dans une écriture métaphorique où chaque détail compte, et qui s’exprime jusqu’au bout des doigts. Cette écriture se bâtit dans un univers visuel fort, qui participe à la trame dramaturgique, en s’appuyant sur un important travail de la lumière.

Chacun de mes projets est une étape, inscrite dans un projet « global » de création de ce langage du mouvement. Langage que j’espère être pour le spectateur un vecteur de réflexions, d’émerveillement et d’émotions.

Raphaëlle Boitel

L’une des grandes réussites de ce spectacle tient dans la transversalité des esthétiques parfaitement maîtrisée. Théâtre(s) Magazine

Raphaëlle Boitel crée un langage du mouvement original et poétique. Un spectacle en forme de dystopie qui interroge la nature humaine et sa capacité de résilience. La Terrasse

Incroyable… Un mélange de cirque et de danse dans une dystopie mécanisée dont les habitants aspirent à la connexion humaine. Extraordinairement conçu et étonnamment émouvant. (…) Raphaëlle Boitel trouve le pouvoir de nous briser le cœur. The New York Times

Raphaëlle Boitel naît en 1984, elle commence le théâtre à l’âge de 6 ans. Repérée par Annie Fratellini, elle intègre en 1992 l’Ecole Nationale des Arts du Cirque Fratellini. De 1998 à 2010, elle travaille avec James Thierrée et s’illustre dans La Symphonie du Hanneton et La Veillée des Abysses. Parallèlement à ces treize années de tournées, elle est interprète au théâtre, au cinéma, dans des films télévisés (dirigée par Marc Lainé, Lisa Guédy, Graham Eatough, Luc Meyer, Colline Serreau, Jean-Paul Scarpita…). Elle participe à des évènements (Jean-François Zygel), tourne dans des vidéos clips et se produit sur de longues périodes dans différents cabarets à New York, Miami, Londres… En 2012, elle travaille sous la direction d’Aurélien Bory avec Géométrie de Caoutchouc, fonde sa propre compagnie et travaille sur ses premières créations personnelles.

En 2013, elle met en scène son premier spectacle Consolations ou interdiction de passer par dessus bord, et chorégraphie l’Opéra Macbeth à la Scala de Milan, mis en scène par Giorgio Barberio Corsetti.

En 2014, elle crée L’Oublié(e) spectacle grande forme de « cirque théâtre ». En 2015, les Hurlants qui rend hommage au cirque. Peu après, elle chorégraphie l’Opéra La Belle Hélène au Théâtre du Châtelet, mis en scène par Giorgio Barberio Corsetti et Pierrick Sorin.

En 2017, elle écrit et interprète un solo forme courte La Bête Noire, métaphore de son passé de contorsionniste. Cette année-là, elle chorégraphie également L’Opéra baroque Alcione à L’Opéra-comique, mis en scène par Louise Moaty et dirigé par Jordi Savall. En 2018, elle crée sa 3e grande forme : La Chute des anges, une forme de dystopie, qui interroge la nature humaine et sa capacité de résilience.

En 2019, parallèlement à la diffusion du répertoire de la Cie, elle travaille sur deux projets qui s’inscrivent dans un parcours de formes libres : Horizon est un projet dans l’espace public en collaboration avec l’Opéra National de Bordeaux et la Condition Publique de Roubaix à l’occasion de la saison culturelle Liberté ! Bordeaux 2019, puis L’Horizon des Particules, performance in-situ créée au Carreau du Temple à Paris en septembre 2019.

En janvier 2020, elle crée Un contre Un, spectacle jeune public, librement inspiré des personnages de Orphée et Eurydice, questionnant les stéréotypes de la société et ses codes patriarcaux. En février 2021, elle adapte Un contre Un en version live, avec un quatuor original à corde, créé pour cette occasion.

En novembre 2021, elle crée Ombres Portées, une pièce sur le non-dit et l’influence de ceux-ci dans notre construction psychique ou nos parcours de vie. En 2022, elle crée in-situ le spectacle Horizon pour la Cathédrale Saint-Front de Périgueux. En 2023, elle crée cette fois-ci le spectacle Horizon sur les toits du ministère de la Culture au Palais Royal dans le cadre des Olympiades culturelles.