Mes Dames
Musique

Mes Dames

Théophile Alexandre et le Quatuor Zaïde

Dégenrer les arias de divas pour déranger les clichés misogynes de l’opéra, tel est le pari du contre-ténor Théophile Alexandre et du Quatuor Zaïde, pour démasquer quatre siècles de maltraitance derrière le sublime musical.

Mes Dames
Mes Dames
Mes Dames
Grande bouche aux milles notes
Lieu
  • Le Liberté
  • Salle Albert Camus
Accessibilité
  • Spectateurs aveugles et malvoyants
  • Dates Durée 1h15
  • samedi 27 mars 20:30
Tarif A
  • Plein tarif 29 €
  • Tarif préférentiel 21 €
  • Tarif réduit 16 €
  • Tarif Jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

Avec ce récital audacieux, le contre-ténor Théophile Alexandre et le quatuor à cordes Zaïde osent s’attaquer aux clichés misogynes des opéras exclusivement composés par des hommes…

Ils osent inverser les rôles pour interroger la duplicité des personnages de divas, sublimées mais martyrisées, et recréent 21 d(r)ames autour des trois stéréotypes récurrents du monde lyrique : les saintes, les salopes et les sorcières. Aussi intense qu’irrévérencieux, ce manifeste lyrique convoque les héroïnes emblématiques des opéras de Gluck, Verdi, Bellini, Rossini ou Mozart, de Carmen à Norma en passant par Manon, Violetta ou Médée…

Toutes revisitées par un homme sous une direction féminine, dans un hommage détonnant aux sublimes arias de ces femmes fantasmes, à contre-courant du lyriquement correct.

Dans le cadre de la 11e édition du festival Présences Féminines

Mise en scène, costumes et chorégraphie en cours
Conception artistique Emmanuel Greze-Masurel
Chant et danse Théophile Alexandre
Musique Quatuor Zaïde
1er Violon Charlotte Macle
2e Violon Leslie Boulin Raulet
Alto Sarah Chenaf
Violoncelle Juliette Salmona

Production Compagnie UP TO THE MOON
Coproduction Le Volcan – Scène nationale du Havre / Opéra de Limoges
Avec le soutien de la Région Normandie, du Département de la Seine-Maritime et de la Mairie du Havre

Photos de Théophile Alexandre © Julien Benhamou
Photos du Quatuor Zaïde © Kaupo Kikkas
Texte © Marie Godfrin-Guidicelli