Ciné-rencontre

Rwanda : le silence des mots

Frédéric R. Fisbach

Jamais encore leur parole n’avait été entendue. Coréalisé par l’auteur et musicien franco-rwandais Gaël Faye et le réalisateur Michael Sztanke, ce film recueille pour la première fois avec pudeur le témoignage de Prisca, Marie-Jeanne et Concessa. Il s’intéresse à ce que ces femmes ont subi durant le génocide et à leur vie d’après. La projection sera suivie d’une rencontre avec Frédéric R. Fisbach, metteur en scène du spectacle Petit Pays.

Lieu
  • Le Liberté
  • Salle Daniel Toscan du Plantier
Accessibilité
  • Pour tous
    • dès 14 ans
    • VOST
  • Dates Durée 1h30 environ
  • mercredi 26 octobre 2022 19:30
Ciné
  • Plein tarif, préférentiel, réduit et Jeune 4 €
  • Tarif solidaire 2 €
Informations pratiques
  • Film documentaire de Michael Sztanke et Gaël Faye (2022, 55 min)

L’horreur, au-delà de l’imaginable. Tutsi, elles racontent, face caméra, leur quotidien durant le génocide et dans les camps de réfugiés de Murambi et Nyarushishi. « Ils nous appelaient : « Tutsi ! Tutsi ! » Ils te sortaient de la tente et faisaient de toi ce qu’ils voulaient. » « Ils », ce sont, selon elles, des soldats français de l’opération Turquoise, ceux-là mêmes qui, sous mandat de l’ONU, devaient les protéger, mais auraient réalisé « tous leurs fantasmes » à la nuit tombée. Toutes décrivent un même rituel : l’enlèvement dans leur tente, les viols en réunion, les photos prises par les militaires, encore et encore. « On pensait naïvement que le Blanc était un sauveur, qu’il apporterait la paix », soupire l’une de ces femmes. Alors que l’armée française réfute toute accusation de viol, les trois femmes ont déposé plainte devant la justice française en 2004 et 2012. L’instruction est aujourd’hui au point mort.

En partenariat avec ARTE

Après une formation de comédien au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, Frédéric R. Fisbach accompagne les premières années de l’aventure de la compagnie de Stanislas Nordey jusqu’au Théâtre Nanterre-Amandiers. Il crée sa première mise en scène en 1992 au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, Les Aventures d’Abou et Maïmouna dans la lune d’après Bernard-Marie Koltès. À la suite de ce spectacle, il fonde sa compagnie – l’Ensemble Atopique – et devient artiste associé de la Scène Nationale d’Aubusson. En 1994, il monte L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, avant de s’intéresser à Maïakowski, Kafka, Racine, Corneille et à Strindberg avec L’Île des morts.

Lauréat de la villa Medicis hors-les-murs en 1999, il séjourne au Japon, découvre les arts traditionnels de la scène et rencontre l’auteur dramatique Oriza Hirata, dont il mettra en scène Tokyo Notes et Gens de Séoul. De 2000 à 2002, il est artiste associé au Quartz de Brest, il crée Les Paravents de Jean Genet avec la compagnie de marionnettistes traditionnels japonais Youkiza et Bérénice de Jean Racine avec le chorégraphe Bernardo Montet. Il est ensuite nommé directeur du Studio-Théâtre de Vitry en 2002 puis est codirecteur, avec Robert Canterella, du Centquatre de sa préfiguration à son ouverture, de 2006 à 2009. Il réalise un long-métrage en 2006 intitulé La Pluie des prunes, sélectionné à la Mostra de Venise 2007, qui reçoit le Prix du meilleur film au Festival Tous Écrans de Genève la même année. À partir de 2000, il met en scène la création d’opéras contemporains, mais aussi baroques : Forever Valley, suivi par Kyrielle du sentiment des chosesAgrippina, et Shadowtime.

En tant qu’acteur, il joue dans plus d’une vingtaine de spectacles avec notamment Stanislas Nordey, Jean Pierre Vincent ou encore Dieudonné Niangouna pour Shéda. Artiste associé du Festival d’Avignon en 2007, il propose à la Cour d’honneur une performance de trois jours et trois nuits où il convie le public à des conférences, ateliers de pratique théâtrale et à la représentation des Feuillets d’Hypnos de René Char pour sept acteurs et cent amateurs. Au Festival d’Avignon 2011, il présente Mademoiselle Julie d’August Strindberg avec Juliette Binoche, Bénédicte Cerutti, Nicolas Bouchaud et des groupes d’amateurs. Il commande au romancier Eric Reinhardt sa première pièce Élisabeth ou l’Equité, créée en novembre 2013 au Théâtre du Rond-Point.

En juin 2014, il fait l’ouverture du Festival de Spoleto avec trois monodrames musicaux de Berlioz, Poulenc et Schönberg. Depuis 2018, il a mis en scène et joué Et Dieu ne pesait pas lourd… de Dieudonné Niangouna créé à la MC 93 et Convulsions de Hakim Bah créé au Théâtre des Halles et repris à Théâtre Ouvert en 2019. En février 2022, Frédéric R. Fisbach créer la pièce Liberté, écrite par Yann Verburgh. Il s’agit d’une forme itinérante à destination du jeune public, qui fait l’objet d’une tournée au sein des lycées. Il propose à la rentrée 2022, une adaptation du roman Petit Pays de Gaël Faye.

Partenaires médias

Logo arte

Mécènes engagés

Logo Charlemagne

Entreprises Grands partenaires

Connexions
Théma

Mémoire(s)

Théma #41
12 oct. → 23 déc. 2022