VOLERO
Danse

Volero

Simonne Rizzo

Un nom de création emprunté au danseur volant espagnol. Le crescendo ininterrompu du Boléro de Ravel. Trois artistes dansent, portés par un élan, s’élevant grâce au chant flamenco de Diego El Cigala. Avec Volero, la chorégraphe Simonne Rizzo met en scène l’errance du peuple gitan et nous fait vivre une expérience bouleversante.

VOLERO
VOLERO
VOLERO
Lieu
  • Châteauvallon
  • Studios du Baou
Accessibilité
  • En famille
    • dès 8 ans
  • Dates Durée 1h environ
  • jeudi 9 mars 2023 20:00
  • vendredi 10 mars 2023 20:00
Tarif B
  • Plein tarif 24 €
  • Tarif préférentiel 19 €
  • Tarif avec la Carte Encore 19 €
  • Tarif formule 3 spectacles et + 18 €
  • Tarif formule 10 spectacles et + 16 €
  • Tarif demandeur d'emploi 16 €
  • Tarif jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

Sur une idée originale d’Hugues Rizzo, père de la chorégraphe varoise, Simonne Rizzo rend hommage à la culture tzigane, à ses mythes oubliés, à sa diversité. Elle puise son inspiration dans l’art populaire flamenco, et notamment le boléro, cette danse faite de tensions, nourrie par la passion. La voix dansante de Diego El Cigala transcende le cante jondo, ce chant traditionnel andalou et vient sublimer l’œuvre de Ravel jouée par de Berliner Philarmoniker. Sur scène, le trio de danseurs formé par Claire Chastaing, Thomas Queyrens et Simonne Rizzo dialogue par le toucher, s’exprime en langue des signes, et évolue dans un paysage illusoire entre la fuite et le ralenti. La scénographie numérique crée une passerelle digitale entre traditions ancestrales et modernité. Avec Volero, elle nous embarque dans la quête poétique, émouvante et dramatique du peuple gitan. Une expérience à vivre de près, sans artifice ni préjugé.

Chorégraphie Simonne Rizzo
Création et interprétation Claire Chastaing, Thomas Queyrens et Simonne Rizzo
Vidéo Michaël Varlet et Baptiste Alexandrowicz
Création lumière et sonore Jean-Louis Barletta
Musique Maurice Ravel, Diego El Cigala, Django Reinhardt et Kurt Weill
Dessinateur William Bruet
Costumes Corinne Ruiz

Production Ridzcompagnie
Coproduction Théâtre en Dracénie – scène conventionnée dès l’enfance et pour la danse / Théâtre Paul Eluard de Bezons – scène conventionnée danse / Site Pablo Picasso-Ville de Martigues, / Théâtre des Franciscains de Béziers.
Résidence Chateauvallon-Liberté, scène nationale / ARSUD, Site Pablo Picasso-conservatoire de Martigues / Théâtre en Dracéni / TPE Bezons / Théâtre des Franciscains / Centre Social et Culturel Nelson Mandela – La Seyne-sur-mer.

Photos © Mathilde Troussard
Texte © Marie Minair

Volero est un clin d’œil au Bolero de Ravel. Un spectacle qui a plu avec des moments surprenants et fascinants : langage des signes ou danse du voile. DR Presse locale

Simonne Rizzo est formée par Maria Fendley aux techniques classiques, Jazz, contemporaine et claquettes, puis le hip-hop prend une place très importante dans sa formation. Cette première rencontre détermine son évolution personnelle et artistique. Elle étudie au CNDC D’Angers de 2003 à 2005. Elle aiguise alors sa réflexion dans la recherche d’un vocabulaire chorégraphique compréhensible d’entre tous.

En tant qu’interprète, elle travaille aux côtés de Nathalie Pubellier, Gianni Joseph, Iztok Kovac, Carlos Cueva (metteur en scène), Pascal Montrouge, François Veyrunes, Amala Dianor, Nicolas Berthoux (metteur en scène), et Régine Chopinot… Nourrie de ses expériences en France et à travers le monde, elle revient s’installer dans le Var et fonde sa compagnie en 2012. Ses chorégraphies sont plurielles, à l’image de sa danse : précise, musicale, légère, volubile, animale et instinctive.

Depuis 2011, elle met en oeuvre sa réflexion autour d’un travail solo Le jeu de l’œil. Cet Opus onirique est le point de rencontre entre musique et danse, variation hypnotisante et métamorphose, une danse impérative.
Le THV de Saint-Barthélemy-D’anjou et Le centre Jean Vilar à Angers coproduisent ce premier travail. La création est alors soutenue par le CNDC D’Angers, Le Grand théâtre d’Angers.

En 2012, Le jeu de l’œil sera présenté au Festival d’Avignon à l’Espace Alya (coup de pouce jeune talent). En 2020, une recréation de ce dernier verra le jour en octobre à l’Espace des arts du Pradet.

En 2014, elle crée sa première pièce de groupe (quintet chorégraphique) Un certain rythme. Cette pièce lui accorde la confiance de la scène nationale de Châteauvallon. En 2015, elle collabore avec Cécile Maurel, Organiste, et Caillou Michael Varlet pour une création orgue-danse-arts numériques en lieux sacrés intitulé Obstinato.

En 2016, elle réalise sa 3ème création Louis Pi/XIV  pour 3 danseuses et 2 musiciens. En coproduction avec Châteauvallon-Liberté, scène nationale, Le KLAP, maison pour la danse à Marseille et la Fabrique Mimont à Cannes, elle crée un nouvel objet chorégraphique à la recherche de la sacralité de l’homme et non de sa fonction

En 2019, Miwa est sa dernière signature, une œuvre picturale chorégraphiée pour le jeune public accessible tout public où elle s’inspire des œuvres d’Hayao Miyazaki pour créer un spectacle mêlant danse, dessins et arts numériques.

Soucieuse de créer du lien, elle collabore régulièrement avec différents compositeurs, artistes numériques, plasticiens, et notamment dessinateur, costumière, vidéaste… La transmission est au cœur de son projet artistique. Elle intervient et crée en milieu scolaire, en centre social, auprès d’adultes et d’adolescents de tout horizon ainsi qu’en conservatoire.