Actions !

Loin des yeux, mais près du coeur

21/04/2020
Stages et actions ciblées + Champ social

Alors que le Covid-19 a, de fait, rendu la vie des personnes détenues encore plus confinée, interdisant pour des raisons sanitaires les parloirs et les ateliers, le centre pénitentiaire de Toulon la Farlède a décidé de réfléchir à d’autres outils qui permettraient de maintenir le lien avec les personnes détenues. C’est ainsi qu’est né le projet d’utiliser le canal interne de l’établissement, qui permet aux personnes détenues d’avoir accès à la télévision, pour lancer un grand concours de poésie. S’inscrivant dans le cadre du Printemps des poètes, l’idée est simple et s’adresse à toutes les personnes détenues qui le voudront : écrire un poème de 10 lignes commençant par « Si » (si je pouvais, si je savais, si j’avais…) et se terminant par « Alors » (alors je ferais, j’irais, je prendrais…).

Sollicités par l’unité locale de l’enseignement de l’établissement pour participer à ce projet, le Liberté et Tania de Montaigne (avec qui un projet avait déjà été mis en place à Toulon la Farlède en 2019 avec l’aide de la DILCRAH) ont décidé de donner plus de force encore à ce concours, non seulement en sollicitant des artistes qui constitueront un jury : Tania de Montaigne, le réalisateur et metteur en scène Stéphane Foenkinos, l’humoriste Sophia Aram, l’acteur, metteur en scène et directeur du Liberté Charles Berling, mais également en proposant à ces derniers de faire lecture des textes qui leurs seront soumis, dans la mesure du possible, au fil des jours, créant ainsi une œuvre sonore collective destinée au tout public, via le site internet du Liberté, et aux personnes détenues, via le canal interne.

D’autre part, pour que ce projet dure plus qu’un printemps, l’idée est qu’à la fin du confinement les poèmes choisis puissent vivre sur scène dans le cadre d’une représentation au centre pénitentiaire de Toulon la Farlède. Cette représentation mélangera personnes détenues, artistes. Dans le même esprit que les ateliers mis en place en 2019 avec Tania de Montaigne, il y aura une phase de travail sous la houlette de l’écrivaine et du metteur en scène Stéphane Foenkinos afin de travailler avec les détenus l’écriture (ce qui permettra d’inclure des personnes détenus volontaires qui n’auraient pas pu participer à la première vague du concours) et la mise en voix de leurs textes.

-> Le retour en vidéo de ces actions