Danse

[ANNULÉ] Habiter le seuil

Marine Chesnais

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, l’équipe du spectacle est contrainte d’annuler sa venue. Nous vous invitons à contacter la billetterie au 09 800 840 40 si vous préférez bénéficier d’un avoir ou d’un remboursement. A 19h15, ce samedi, à l’issue de la conférence de Gilles Boeuf et de Boris Cyrulnik, le navigateur Sébastien Destremau, que la Scène nationale a accueilli lors de la première édition de Passion bleue viendra témoigner, accompagné de réfugiés ukrainiens, de son expérience sur le convoi humanitaire qu’il vient d’initier avec d’autres bénévoles en direction de l’Ukraine.

Lieu
  • Châteauvallon
  • Studios du Baou
  • Dates Durée 50 minutes
  • samedi 9 avril 2022 21:00
Tarif spécial 5€
Informations pratiques

Férue d’aventures marines, au croisement de la conscience de soi et du rapport au vivant, la chorégraphe Marine Chesnais base son travail sur la respiration, l’énergie, la fluidité. Dans sa nouvelle création, Habiter le seuil, elle nous convie à une odyssée collective et immersive dans le grand bleu. Elle et nous plonge aux origines aquatiques de l’homme, dans un duo sous-marin où la danse ondule, réunit, inspire. Une pièce à couper le souffle !

C’est à une plongée collective et immersive dans le grand bleu que la chorégraphe Marine Chesnais nous convie. Elle nous emmène en voyage dans l’aventure qu’elle a vécue : celle de la rencontre bouleversante avec ces animaux mythiques, mais également celle, vertigineuse, de l’apnée et des profondeurs marines. À mi-chemin entre le documentaire et le voyage sensoriel, ces deux fils narratifs de la rencontre inter-espèce et de la plongée en apnée s’entrelacent pendant le spectacle jusqu’à se fondre, le temps d’une seule et unique inspiration. Tout commence par le souffle. Celui que nous allons devoir retenir pour pouvoir s’immerger dans l’eau, doucement descendre et attendre que l’animal surgisse. Tout cela paraît simple et le corps possède une incroyable intelligence d’adaptation sous-marine que nous nommons réflexes d’immersions, vestiges de notre passé océanique. Pourtant, au fur et à mesure de la descente, quand l’air commence à nous manquer et que devant cet animal nous ne contrôlons plus rien, qu’aucun de nos codes habituels ne fonctionne, commence alors un autre voyage. Celui d’un seuil à franchir. Celui du miroir inversé que nous renvoie l’œil de la baleine et qui nous invite à choisir comment nous souhaitons entrer en relation, comment nous souhaitons habiter cet « espace entre », cet interstice entre deux mondes, dans cet environnement qui nous entoure. Est-il possible d’être présent ensemble dans un espace sans que l’un domine l’autre ? Que devons-nous abandonner, ouvrir ? Il est dit de l’apnée que c’est une petite mort à traverser afin que d’autres choses puissent naître. Et c’est bien de cet espace de vulnérabilité qui permet à l’homme d’ouvrir ces frontières, dont il est question dans cette création. L’écriture de la danse appartient elle aussi à un entre deux inter-espèces. Composée entièrement à partir d’éthogrammes scientifiques qui répertorient les comportements gestuels des cétacés, elle est devenue un nouvel alphabet avec lequel Marine Chesnais tente de déplacer ses habitudes chorégraphiques et compose pour cette pièce une danse extrêmement écrite et précise. Du contact avec la mer, la chorégraphe transpose sur scène la sensualité de l’eau, la suspension de l’apesanteur, l’incandescence volcanique des profondeurs. Des rencontres avec les baleines, elle fait transparaître ce que nous appelons la « conspiration », c’est-à-dire la synchronisation du souffle qui devient peu à peu entre les deux danseuses, un interstice d’alliance invisible, une troisième voix qui les fait exister ensemble dans cet espace d’immensité qu’elles ont créé. Il reste le silence.

Marine Chesnais est une chorégraphe performeuse aux racines bretonnes, née en 1988. Sortant du CNSM de Paris avec un premier prix, elle danse pendant sept ans au CCN de Caen, puis à Viadanse avec Héla Fattoumi et Éric Lamoureux et pendant six ans avec le chorégraphe Daniel Dobbels pour qui elle interprétera notamment le duo À la gauche de l’espace et en 2016 le solo original L’Effroi sur L’Oiseau de Feu de Stravinsky. Marine danse actuellement pour la chorégraphe Gisèle Vienne sur sa production Crowd, et signe la co-écriture de la nouvelle création Solace, de la marionnettiste berlinoise Uta Gebert de la Numen Company. Inspirée par ses racines marionnettiques en la personne de Jacques Chesnais, Marine a exploré l’art du clown puis le jeu cinématographique en travaillant avec les réalisateurs Katell Quillévéré, Jean-Paul Civeyrac, Nicolas Maury, Héléna Klotz, Eugène Green, Patric Chiha et Bastien Bouillon. Elle est professeure certifiée en yoga Anusara et poursuit actuellement une formation en acupuncture traditionnelle chinoise à l’École des Cinq Éléments à Paris. Son travail chorégraphique est initié par la collaboration avec l’artiste visuelle japonaise Megumi Matsubara pour la Biennale d’Arts Contemporains de Marrakech en 2016 et la Triennale Internationale d’Aïchi, au Japon. Passionnée de plongée en apnée, les explorations autour de la fluidité interne et les pratiques énergétiques autour du souffle et de la résonance, sont au cœur de ses recherches créatives. Marine est lauréate 2018 du tremplin FoRTE des talents émergents de la région Île-de-France pour sa création Rhein, en production déléguée avec l’Atelier de Paris / CDCN. Elle développe au sein de la compagnie One Breath, la notion de danse bio-inspirée, tournée vers une écologie culturelle et corporelle.

Conception, chorégraphie et scénographie Marine Chesnais
Création musicale François Joncour avec la collaboration de Stephen O’Malley
Avec Clémentine Maubon et Marine Chesnais

Costumes Anne Mailhol et Marine Chesnais
Lumières Jérôme Houlès
Production et diffusion Compagnie One Breath et Christelle Longequeue
Coproduction DGCA, DRAC Bretagne / La Briqueterie, CDCN / Lalanbik – Centre de ressources pour le développement chorégraphique océan Indien,La Réunion / La Manufacture CDCN /La Cité des Arts, La Réunion / Domaine de Kerguéhennec
Avec le soutien de l’association scientifique Globice, Breier, On the move (Cultural mobility information network), Danse à tous les Étages, Centre culturel de la Ville Robert,Pordic, Le Hangar, La Réunion et C.A.M.P, Amélie-Anne Chapelain

Photos ©Vincent Bruno

En partenariat avec Veolia, sera proposé un bar à eau afin de vous désaltérer avec l’eau du robinet, produite localement, exempte de déchets et meilleure alternative aux bouteilles en plastique. Des ateliers de sensibilisation et des jeux à destination des petits et des grands pour apprendre les écogestes seront également organisés avec Veolia et la Jeune Chambre Économique de Toulon et sa région.

Avec la volonté farouche de préserver notre environnement et une touche d’esprit chauvin (la rade de Toulon est la plus belle rade du monde), les membres de la Jeune Chambre Economique de Toulon et sa région ont créé un jeu pour sensibiliser sur la pollution en mer, notre mer. Sous un prisme ludique et compétitif, venez relever le défi de rendre encore plus propre et plus belle notre rade en mobilisant vos connaissances, en faisant preuve d’imagination, et de bonne humeur !

Passion bleue est organisé en partenariat avec la métropole Toulon Provence Méditerranée, la ville de Toulon, la ville d’Ollioules, le ministère de la Culture, la Région Sud, le Département du Var, le pass Culture, Arte, Télérama, Les Inrockuptibles, Veolia, la Jeune Chambre Economique de Toulon et sa région, le Réseau Mistral, Loxam, Zolpan Méditerranée, La Rue Des Arts, la Marine nationale, le Musée national de la Marine, la Préfecture maritime de la Méditerranée, De l’air magazine, Explore, Chercheurs en herbe et l’Externat Saint Joseph – La Cordeille.

Mécènes bâtisseurs

Logo réseau mistral

Mécènes adhérents

Logo Veolia

Entreprises Grands partenaires

Logo Loxam

Entreprises partenaires

Logo_Zolpan
Connexions
Théma

Passion bleue

2ème édition
7 — 9 avril 2022

Un week-end d’échanges et d’évènements autour de la mer et des océans