Théâtre

La gigogne des tontines

Alain Béhar

La gigogne des tontines est un conte contemporain qui retrace l’histoire de 500 000 ans d’humanité. Avec Alain Béhar, les voyages dans le temps et l’espace sont de drôles de périples.

La gigogne des tontines
La gigogne des tontines
La gigogne des tontines
Lieu
  • Le Liberté
  • Salle Fanny Ardant
Accessibilité
  • Pour tous
    • dès 13 ans
  • Dates Durée 1h15
  • mardi 11 octobre 2022 20:00
Tarif B
  • Plein tarif 24 €
  • Tarif préférentiel 19 €
  • Tarif avec la Carte Encore 19 €
  • Tarif formule 3 spectacles et + 18 €
  • Tarif formule 10 spectacles et + 16 €
  • Tarif demandeur d'emploi 16 €
  • Tarif jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

« Le monde tourne à l’envers ». Il y a des phrases comme ça qui ouvrent des perspectives fantasques. Avec Alain Béhar, les mots disent le monde et le rêvent en même temps. Ils sont un voyage pour des contrées « géopoétiques » où la légèreté a du sens, voire de la profondeur. Dans La gigogne des tontines, les récits s’imbriquent pour parler d’économie, d’argent, d’assurances… La tontine désigne une sorte de pot commun dont le principe peut être solidaire ou capitalistique, c’est selon. Prophétique et visionnaire, la pièce retourne le catastrophisme ambiant. Car s’il y a catastrophe, il y a aussi utopie, si la destruction menace, il y a aussi l’invention, le langage qui relie, des projets qui fédèrent pour un monde nouveau. Selon Alain Béhar « le bonheur ce n’est pas rien. »

Coproduction et résidence Châteauvallon-Liberté

Texte et mise en scène Alain Béhar
Avec Alain Béhar, Isabelle Catalan et Valery Volf
Dramaturgie et regard artistique Marie Vayssière
Scénographie Mathieu Lorry-Dupuy et Cécile Marc
Lumières Claire Eloy
Son Kalimero
Vidéo et graphismes La porte – Idriss Cissé, Idriss Jendoubi et Marco Lando

Production Compagnie Quasi
Coordination de production Théâtre du Bois de l’Aune, Aix en Provence
Coproduction Châteauvallon-Liberté, scène nationale / Théâtre des 13 vents, Centre dramatique national de Montpellier / Théâtre du Bois de l’Aune, Aix en Provence / théâtre garonne scène européenne, Toulouse / Pôle Arts de la scène, Marseille
La compagnie Quasi est en convention avec le ministère de la Culture – DRAC Occitanie et reçoit le soutien de la Région Occitanie au titre de l’aide à la création artistique

Photos © Jérôme Tisserand
Texte © François Rodinson

Cette polyphonie des significations orchestre un devoir -mais aussi un goût- de vivre en conscience, en questions, en étonnements. On en a terriblement besoin. Gérard Mayen — Lokko

La Gigogne des tontines d’Alain Béhar […] est une pièce qui nous fait sourire fort à propos, mais en touchant très juste, et au fond. Gérard Mayen — Lokko

La gigogne des tontines vient achever une trilogie inquiète et rieuse à la fois, vaguement dystopique. Dans Les vagabondes, il était question d’art entre les lignes, de nature libre, de jardins quantiques et de potentialité, on s’en allait jusqu’en 2043. Dans La clairière du Grand n’importe quoi, on entendait parler « géopoétiquement » de catastrophes diverses, de climat et de migrations vers l’imaginaire d’ici 2147. Ici, on repart du début. C’est une histoire en raccourci de l’humanité, de sapiens à nos jours.

Il y aura donc deux très vieux — beaucoup trop vieux personnages qui ont tout vécu, depuis le début. Les périodes glaciales et les réchauffements. Ils en ont des anecdotes à partager. Ils étaient à Lascaux et même avant, en Gaule grecque ou romaine, dans toutes les grandes batailles plus ou moins légendaires et dans les colonies, au palais et sur les barricades, probablement sur la lune aussi… Ils ont inventé à peu près tout, de la pierre qui coupe au cinéma, des guerres de religions à toutes les industries possibles, le troc et le marketing, l’agriculture et la purée déshydratée, même le bonheur, les premiers risques encourus et l’assurance tous risques, la tirelire et les droits de succession… Ils ont même encore un jeune esclave de plateau, comme au bon vieux temps. Après des millénaires et des millénaires, forcément ils s’embrouillent un peu, la chronologie s’emmêle parfois, mais bon an mal an on traverse pas à pas l’Histoire qu’on connaît, qu’on reconnaît au passage. De la cueillette nomade au positivisme sédentaire, et même après.

Il se peut bien qu’un peu après le futur on revienne en arrière, qu’on repasse par le présent pour traverser le passé à l’envers, redevenir nomades et remonter dans l’arbre, en bien moins de temps qu’en sens inverse ; certainement moins que 500 000 ans en tous cas, on verra.

C’est un récit au passé, parfois dialogué, ça parle tout le temps d’avant. Ça se passe dans une cachette, ici. Ici, les artistes sont des planqués et les intellos des dingues, ils se cachent tous d’une façon ou d’une autre pour échapper aux recruteurs et aux chasseurs de primes qui sont payés à l’unité pour faire les régiments.

Ça dit en creux pour en jouer, dans un sourire naïf et candide qu’on aurait peut-être dû rester nomades, ne pas se choisir de chef, s’organiser mieux pour répartir à peu près tout et à l’horizontale — mais comment ? — imaginer l’agriculture l’argent la famille et la métaphysique complètement autrement, que la guerre ou les invasions forcément c’est con et l’industrie verticale rapidement n’importe quoi, qu’au début l’assurance la banque et les tontines ce sont des bonnes idées mais qu’on ne sait pas pourquoi ça devient très vite une entourloupe si compliquée, qu’on ne peut pas désinstaller les conformités qui s’installent et rebooter l’humanité qu’on a foutu la merde un peu partout, même démocratiquement, qu’à force de prévenir les risques on finit par avoir la trouille de tout…

Ça prend l’humain comme on se purge en appuyant du côté mauvais, là où ça fait mal, pour s’échapper en s’en moquant aussi et rouvrir peut-être des perspectives.

Alain Béhar

Alain Béhar

Après avoir mis en scène Goldoni, Bertolt Brecht, Ödön von Horvath, Arthur Schnitzler ou encore J. D. Salinger et Maurice Blanchot, Alain Béhar se consacre, depuis sa rencontre avec Didier-Georges Gabily, à la mise en scène de ses propres textes. À titre personnel ou avec sa compagnie Quasi, il a été associé à La Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon, au Théâtre des Bernardines et à la Scène nationale du Merlan à Marseille, à la Scène nationale de Sète, au théâtre de Clermont l’Hérault. Actuellement au Théâtre des 13 vents CDN de Montpellier et au Théâtre du Bois de l’Aune à Aix en Provence. Il est lauréat de la Villa Medicis hors les murs. Il a écrit et créé une quinzaine de pièces depuis 2000, dont Monochromes, Bord et bout(s), Tangente, Sérénité des impasses* 26 sorties du sens atteint ; Des Fins (épilogues de Molière), une variation avec les 33 fins des 33 pièces de Molière ; Manège ; ; Até ; Angelus Novissimus ; Teste ou le lupanar des possibilités d’après Monsieur Teste de Paul Valery, Les Vagabondes et La clairière du Grand n’importe quoi.

Ces spectacles ont été présentés au Théâtre de la Cité internationale à Paris, au Festival d’Avignon, au Théâtre des Bernardines, au Zef – Scène nationale de Marseille, à la Scène nationale de Sète, au théâtre garonne à Toulouse, au TNB à Rennes, au Quartz de Brest, aux Subsistances à Lyon, au Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape, au Studio Théâtre de Vitry, au théâtre de l’Archipel de Perpignan, au Périscope à Nîmes, à L’Échangeur de Bagnolet, à la Scène Nationale de Dieppe, à celle d’Albi, au Théâtre de l’Université Paul Valéry à Montpellier, au TMT de Marvejols et aux Scènes Croisées de Lozère, à Sortie Ouest à Béziers… Il intervient par ailleurs régulièrement dans des contextes de formation, dans des écoles et à l’université.