Maelstrom 1280
Théâtre

Maëlstrom

Fabrice Melquiot — Marie Vauzelle

C’est un cri. Celui de Véra, quatorze ans. Amoureuse, la jeune fille, sourde, vient d’être éconduite. Elle laisse éclater sa tristesse et son désir de vivre dans un monologue poignant. Dans cette pièce sensorielle, Marie Vauzelle aborde avec une grande finesse l’adolescence et la place du handicap dans notre société.

Maelstrom 1000
Lieu
  • Le Liberté
  • Salle Fanny Ardant
Accessibilité
  • Spectateurs sourds
    • Adaptation LSF par Lucie Olive-Sparta
      Rencontre avec les artistes en LSF — Jeu. 18 jan.
  • Pour tous
    • dès 12 ans
  • Dates Durée 1h
  • jeudi 18 janvier 2024 20:00
Tarifs
  • Plein tarif 30 €
  • Tarif adulte avec la carte Châteauvallon-Liberté 20 €
  • Tarif partenaire (CSE et Associations culturelles partenaires) 20 €
  • Tarif - 30 ans 15 €
  • Tarif - 18 ans 10 €
  • Tarif solidaire 5 €

Avec la Carte Châteauvallon-Liberté, votre 6ème place de spectacle est offerte !

Informations pratiques

Bien qu’appareillée, Véra reste différente pour ses camarades. Elle est révoltée depuis qu’elle a été repoussée, car «on ne sort pas avec une fille handicapée». Elle se cogne, s’énerve, s’évade dans son monde imaginaire et nous dit ses espoirs. Au plateau, deux comédiennes incarnent cette double Véra. Elles jouent en écho, en miroir : l’une parlante, l’autre en langue des signes. À quelques pas d’elles, un adolescent joue de la musique. Il est l’autre, l’entendant, le garçon. Cette pièce poétique se fait l’écho, à la fois du combat de nombreuses personnes malentendantes pour que leur surdité ne soit plus vue comme un handicap et de la mutation que peut être l’adolescence.

Première en LSF au Liberté

D’après Maelström de Fabrice Melquiot
Mise en scène Marie Vauzelle
Avec Louise Arcangioli et Lucie Olive-Sparta
Musique Léopold Pélagie
Scénographie Chrisophe Klebes
Création sonore Josef Amerveil
Création lumière Lola Delelo
Administration de production Sophie Blanc

Production Compagnie MAB
Coproduction Théâtre Gymnase-Bernardines (Marseille) / Théâtre Massalia scène conventionnée d’intérêt national Art, Enfance et Jeunesse (Marseille) / Archives Départementales de Marseille
SoutiensDRAC PACA / Région Sud / L’ENSAD Montpellier / Théâtre de Fos Scènes et Cinés – Scène conventionnée Art en Territoire
Accueils en résidence Théâtre Gymnase-Bernardines (Marseille) / Théâtre du Hangar (Montpellier) / Théâtre de Fos Scènes et Cinés – Scène conventionnée Art en Territoire / Région Sud Plateaux solidaires
Marie Vauzelle
est artiste associée à Les Théâtres – Théâtre des Bernardines (Marseille)

Photos © Jason Rasoux
Texte © Vanessa Asse

La pièce […] mérite d’être applaudie. Elle est une œuvre du présent en cela qu’elle appartient à une génération qui rince enfin les taches laissées par les anciennes rigidités et paresses.  […] La pièce nous laisse optimistes sur le destin de Véra et sur le talent de la jeune génération du théâtre. Toute La Culture

C’est une gageure de s’emparer d’une telle pièce. Elle demande une attention particulière, un travail de diction, un regard singulier. Marie Vauzelle s’y emploie avec un bel engagement, ciselant le jeu brut de sa comédienne. […] Ce monologue puissant qui creuse avec une belle lucidité les tourments de l’adolescence. L’Œil d’Olivier

Marie Vauzelle

Artiste associée au Théâtre Gymnase-Bernardines et à la Scène nationale d’Alès, titulaire de Masters de philosophie et d’ethnologie, Marie Vauzelle entre à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier en 2005. Elle co-fonde en 2007 le Collectif Moebius, pour laquelle elle est comédienne et dramaturge sur tous les spectacles. En 2014, elle crée parallèlement sa propre compagnie à Arles, la Compagnie Mab. Au théâtre, elle écrit et met en scène Sans Pères en 2010, Antigone en 2011 puis Le Rêve de Jo et Les ciels de Bahia en 2016, spectacles très jeune public. En 2017, elle écrit et met en scène La Rose et le Réséda (pour et avec 50 collégiens – à l’Usine, CNAREP de Tournefeuille) puis Mo, une traversée, création jeune public en 2019 (coproduction Les Théâtres – Théâtre Massalia – Pôle Arts de la Scène). En 2020, elle met en scène Maelström de Fabrice Melquiot, spectacle jeune public, au Théâtre des Bernardines, (coproduction Massalia) avec un musicien et une comédienne, qui se jouera cette saison.

Pour le Collectif Moebius, elle écrit Lambda (2013), Pharmakos (2015) et Nuit à la Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon en 2019. Elle participe en 2021 aux Rencontres d’été de la Chartreuse et y retourne en résidence pour son prochain texte, 2456. Son texte Nuit a eu le prix Artcena 2019. Elle en signera la mise en scène au Théâtre du Gymnase en avril 2022 puis au Printemps des Comédiens. Elle est interprète dans les créations du Collectif Moebius et de Gildas Millin (MCCM). Elle travaille également en tant qu’assistante à la mise en scène avec Gildas Millin (MCCM en 2019-20) Jean-Pierre Baro (La Mort de Danton en 2016), Les Possédés (Sweet Sour Suite en 2014) et Cyril Teste (Romances en 2008).

Au cinéma, elle tourne en 2008 avec Jacques Rivette dans Les 36 vues du Pic Saint Loup. Elle mène de nombreux stages et ateliers de pratique et d’écriture théâtrale depuis 2009, notamment à l’ENSAD de Montpellier et à l’ERACM et au CFA Métiers du Spectacle à Marseille, où elle met en scène en mai 2021 une adaptation de Black Hole.

La Compagnie Mab

La Compagnie Mab a pour fondatrice Marie Vauzelle, auteure, metteure-en-scène et comédienne. Son travail s’articule entre une recherche de la forme, faisant la part belle à l’onirisme, et les questions que pose notre monde : nos héritages (Sans pères, Nuit), l’exil (Mo), le handicap (Maelström), la contagion (Black Hole), la résistance (Antigone, Traces) etc.

La méthode est toujours la même : partant de matériaux dramaturgiques, sociologiques et philosophiques, elle s’immerge dans le réel longuement et précisément, puis travaille à en faire poème. Comment parler autrement de ce qui nous brûle socialement ? Comment se ré-approprier les images et les mots – dont nous sommes abreuvés et qui finissent par nous aveugler ? Quel regard peut porter l’artiste, quel éclairage singulier sur le monde qui l’entoure ?

Ses spectacles mêlent en live théâtre, vidéo et installation sonore pour créer une expérience sensorielle, non discursive mais esthétique, un espace mental et onirique, où la forme se doit aussi d’exprimer le fond, et où le spectateur est laissé libre de penser.

Indissociablement de la recherche et de la création, la compagnie développe de nombreux projets de territoire, en collaboration avec des institutions (musées, écoles supérieures, programmes scientifiques) et, surtout, s’inscrit là où la cité fait défaut : quartiers, collèges en ZEP, foyers pour mineurs, instituts pour handicapés…

Partenaires médias

Mécènes engagés

Logo Grand hôtel Dauphiné

Entreprises Grands partenaires

Logo Charlemagne

Partenaires culturels