MON AMOUR
Théâtre

Mon amour

Didier Ruiz — Nathalie Bitan

Mettre la mort en lumière. Trouver les mots pour dire l’indicible, pour parler avec franchise d’un sujet tabou et souvent traité par le déni. La mort, c’est quelqu’un qui s’en va et qui ne sera plus mais, c’est aussi le souvenir du disparu, ce qui demeure du défunt dans la vie des vivants que cette absence transforme. Didier Ruiz invente une forme hybride, un spectacle où se côtoient fiction et documentaire pour célébrer la mort de façon vivante.

MON AMOUR
Lieu
  • Châteauvallon
  • Théâtre couvert
Accessibilité
  • Pour tous
    • dès 13 ans
  • Dates Durée 1h20 environ
  • mercredi 3 mai 2023 20:30
  • jeudi 4 mai 2023 20:30
Tarif A
  • Plein tarif 29 €
  • Tarif préférentiel 21 €
  • Tarif avec la Carte Encore 21 €
  • Tarif formule 3 spectacles et + 20 €
  • Tarif formule 10 spectacles et + 18 €
  • Tarif demandeur d'emploi 16 €
  • Tarif jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

Mon amour commence par la fin d’un être cher. C’est le début d’un autre temps pour les vivants. Une femme en âge d’être grand-mère accompagne sa mère dans ses derniers jours. Elle va devoir trouver les bons gestes, les bons mots. Pour le conjoint, c’est 50 ans d’une vie à deux qui se termine. Pour l’enfant qui demeure c’est un passage d’un statut à un autre, un nouvel espace de vie. Son père, un vieil homme qui, sous le regard de sa fille, assiste à la disparition de sa femme aimée durant tant d’années. Comment dire ces moments qui bouleversent ? L’écriture de Nathalie Bitan nous conduit entre rêve et réalité. Les interventions d’« experts » de la mort (médecin, philosophe, religieux) sont comme des fenêtres ouvertes sur le réel, un contrepoint entre deux scènes de fiction. Un chœur de vieillards dénudés, sans artifices, sortent de l’ombre et se rappellent à nous, les vivants, pour nous demander de ne pas les oublier.

Première à Châteauvallon

Coproduction et résidence Châteauvallon-Liberté

Texte Nathalie Bitan
Mise en scène Didier Ruiz
Avec Isabel Juanpera, Cécile Leterme, Jean-Pierre Moulin — distribution en cours
Scénographie Emmanuelle Debeusscher
Dramaturgie Olivia Burton
Création lumière Maurice Fouilhé
Son Adrien Cordier

Production La Compagnie des Hommes
Coproduction Châteauvallon-Liberté, scène nationale / Les Bords de Scènes – EPIC Grand-Orly-Seine-Bièvre / Théâtre Paul Eluard-Choisy le Roi / Théâtre de Chevilly Larue / MA scène nationale – Pays de Montbéliard
La compagnie des Hommes est conventionnée par le Ministère de la Culture-Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France et par la Région Ile-de-France au titre de la permanence artistique et culturelle
Partenaire MC93, Scène nationale de Bobigny

Photos © Emilia Stéfani-Law
Texte © François Rodinson

Didier Ruiz est à la recherche d’hommes et de femmes de plus de 75 ans pour participer à cette création. Renseignez-vous auprès de Stéphane de Belleval : stephane.debelleval@chateauvallon-liberte.fr

Didier Ruiz

En 1999, Didier Ruiz est sur le plateau du Théâtre Ouvert à Paris lorsqu’il décide d’aller voir si les histoires qui se jouent dehors ne seraient pas plus saisissantes que celles qu’il incarne en tant que comédien. Sortant de la scène, il y fait entrer un élément qui d’habitude ne s’y trouve pas : une parole vraie. Didier Ruiz entame alors une première série de spectacles, Dale Recuerdos (Je pense à vous), qui atteint en 2020 sa 33ème édition, et qui convoque la mémoire de personnes âgées. Dans les récits exposés, Didier Ruiz retrouve le caractère sacré de l’acte théâtral : la vérité du présent qui s’énonce. Car pour le directeur artistique de La compagnie des Hommes, la mission du théâtre, qu’il accueille du réel ou de la fiction, est toujours la même : donner à voir et à entendre une humanité partagée.

C’est le lieu où quelqu’un éteint les lumières, éclaire des êtres, et invite d’autres à les écouter. Auprès de ceux qu’il appelle « innocents » comme avec les « professionnels du mensonge » que sont les comédiens, Didier Ruiz est metteur en scène au sens propre ; il accompagne sur le théâtre les voix et les corps de ceux qu’il a réunis, et autour desquels il ajuste le cadre afin que s’y déploient les paysages que chacun recèle. Portraitiste, Didier Ruiz provoque une double découverte : le sujet du tableau s’étonne lui-même de l’étendue révélée, et le spectateur est bouleversé d’y voir le reflet de sa propre intériorité.

Nathalie Bitan

Elle travaille depuis de nombreuses années avec La compagnie des Hommes, sous la direction de
Didier Ruiz : L’amour en toutes lettres – Questions sur la sexualité à l’abbé Viollet 1924-1943, Le bal d’amour, les 3 opus de L’Apéro polar, Madeleine, texte dont elle est aussi l’autrice et Polar Grenadine. Elle est interprète dans de nombreuses créations de la compagnie Barbès 35 dirigée par Cendre Chassanne, L’histoire du communisme racontée aux malades mentaux, As you like it, Histoires, Les 7 jours de Simon Labrosse, Manque de Sarah Kane mis en scène par Antonia Buresi, 3600 secondes avec les Métalovoice et le Boilerhouse, Martyr de Mayenburg mis en scène par Gatienne Angelibert, Erevan mis en scène par Serco Aghian, Variations sérieuses et Les Petites personnes de E.Dele Piane et Moule Robert de Martin Bellemare mis en scène par Benoit Di Marco.

Elle accompagne Didier Ruiz sur divers projets autour du portrait : ateliers cirque du Channel scène nationale de Calais, Le Grand Bazar des Savoirs au Grand T Théâtre de Loire-Atlantique et à La Piscine à Châtenay-Malabry, Raconte-moi ton histoire à Sevran, De corporibus à Fontenay-sous-Bois, MOF en scène au Musée des arts et métiers de Paris, Le petit bazar des savoirs et La galerie à la maison des métallos à Paris.