ESSENCE - Ballet Jazz de Montréal
Danse

ESSENCE

Ballets Jazz Montréal

Ce triple programme célèbre le cinquantième anniversaire des Ballets Jazz Montréal. C’est un hommage aux racines d’une compagnie dont l’innovation a été et sera toujours le credo. C’est aussi un tremplin pour de nouvelles visions, de nouveaux horizons artistiques. Trois chorégraphes emblématiques présentent trois pièces sensuelles, humaines et élaborées, ancrées et envolées.

ESSENCE - Ballet Jazz de Montréal
ESSENCE - Ballet Jazz de Montréal
Lieu
  • Le Liberté
  • Salle Albert Camus
Accessibilité
  • Spectateurs sourds
    • Représentation suivie d'une rencontre avec les artistes en LSF — Mardi 22 novembre 2022
  • En famille
    • dès 10 ans
  • Dates Durée 1h15 environ avec entracte
  • mardi 22 novembre 2022 20:30
  • mercredi 23 novembre 2022 20:30
Tarif A
  • Plein tarif 29 €
  • Tarif préférentiel 21 €
  • Tarif avec la Carte Encore 21 €
  • Tarif formule 3 spectacles et + 20 €
  • Tarif formule 10 spectacles et + 18 €
  • Tarif demandeur d'emploi 16 €
  • Tarif jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

We Can’t Forget What’s His Name, par la chorégraphe Ausia Jones, créée en août 2022 à Saint-Sauveur au Canada, est un avant-goût du futur du ballet, une exploration des concepts du temps qui entrelace l’incertitude dans nos vies avec l’espace ouvert laissé à la liberté et à la joie. Créé en 2008 à New York, Ten Duets on a Theme of Rescue est une série de dix duos intimes où Crystal Pite invente une théâtralité poétique sur le thème du sauvetage, qui ne manque pas d’humour. Les Chambres des Jacques, créée et présentée en 2006 à Albany, aux États-Unis par Aszure Barton porte une écriture qui a marqué l’histoire du ballet. Un vocabulaire de danse imaginatif extrêmement précis, un dialogue entre les danseurs et la chorégraphe basé sur la confiance, une pièce d’une vivacité intacte. À travers ces trois œuvres distinctes, mais portées par un même enthousiasme créatif, c’est un panorama de langages gestuels qui repousse les limites, un élan vers l’avenir.

We Can’t Forget What’s His Name

Chorégraphie Ausia Jones
Musique Jasper Gahunia
Conception des éclairages Claude Plante
Conception des costumes Anne-Marie Veevaete

Ten Duets on a Theme of Rescue

Chorégraphie Crystal Pite
Répétitrice Cindy Salgado
Musique Solaris par Cliff Martinez
Conception des éclairages Jim French
Conception des costumes Linda Chow

Les Chambres des Jacques

Chorégraphie Aszure Barton
Assistanat à la chorégraphie Andrew Murdock
Musique Gilles Vigneault, Antonio Vivaldi, Les Yeux Noirs, The Cracow Klezmer Band et Alberto Iglesias
Conception originale des éclairages Daniel Ranger
Conception des costumes originaux Anne-Marie Veevaete
Conception des costumes révisés Vincent La Kuach

Direction artistique Alexandra Damiani
Avec Gustavo Barros, Yosmell Calderon, John Canfield, Diana Cedeño, Astrid Dangeard, Hannah Kate Galbraith, Shanna Irwin, Ausia Jones, Austin Lichty, Marcel Mejia, Andrew Mikhaiel et Eden Solomon

Production Ballets Jazz Montréal
Production de tournée Delta Danse
Ballets Jazz Montréal remercient la Fondation Marjorie et Gerald Bronfman pour son soutien à cette création

Photos © Sasha Onyshchenko-Kravetz Photographics
Texte © François Rodinson

Ten Duets on a Theme of Rescue

La mémoire, le rituel, la flamme de la vie face à la sombre éternité du vide […] Ces thèmes ne sont nul part aussi subtilement et magnifiquement explorés que dans les œuvres de Crystal Pite, dont Ten Duets on a Theme of Rescue. Luke Jennings — The Guardian

Les Chambres des Jacques

Une fresque sensible, empreinte de douce folie. La Presse

Un accomplissement exceptionnel dans le monde de la danse contemporaine. Le langage alarmant et absolument original de Barton résonne telle une voix sourde. The Boston Globe

Une danse qui fait craquer le vernis de la civilité et des bonnes mœurs. […] Enchaîner un rigodon de Gilles Vigneault à Vivaldi en passant par des musiques tziganes et klezmer conduirait quiconque à la catastrophe. Mme Barton et les danseurs des Ballets Jazz Montréal en font un exploit. Le Devoir

Dans le cadre de sa saison du 50e anniversaire, Ballet Jazz Montréal a préparé un programme triple comprenant Les Chambres des Jacques d’Aszure Barton, Ten Duets on a Theme of Rescue de Crystal Pite et We Can’t Forget What’s His Name d’Ausia Jones, présentement artiste de la compagnie. Ce programme du 50e anniversaire rend hommage aux racines de la compagnie mais sert également de tremplin à une nouvelle vision artistique – un équilibre entre son ADN et l’évolution de sa mission dans le prochain demi-siècle.

Tout au long de son histoire, Ballets Jazz Montréal n’a pas eu peur d’explorer de nouvelles idées et de nouvelles façons de bouger. De plus, ses danseurs de haut niveau ont utilisé leurs personnalités distinctes pour donner vie au mouvement et aux histoires qui évoluent sur scène. C’est cette vulnérabilité intrépide et cette humanité qui ont permis à la compagnie de se rapprocher de son public, et au public de se reconnaître dans nos artistes. Dans cette vérité, ce programme est symbolique et contient des voix qui sont capables de propulser Ballets Jazz Montréal dans le futur.

La réponse cinétique de Mme Damiani aux œuvres d’Aszure Barton et de Crystal Pite était un indicateur que ces artistes – dont le talent a été cultivé par Ballets Jazz Montréal au début de leur carrière chorégraphique – sont les parfaites ambassadrices de la compagnie. Innovant, sensuel, humain, complexe – les œuvres de ces chorégraphes prolifiques, qui utilisent constamment leurs voix et leurs plateformes pour explorer et repousser leurs limites, fait également avancer le milieu. Ils lancent des défis. Ils vont au-delà. Ils refusent de se contenter de la sécurité.

Afin de compléter ces deux voix artistiques établies, Damiani avait un fort désir de cultiver les talents émergents, à l’instar de la fondatrice Geneviève Salbaing. Ayant eu pour mentor William Forsythe, danseur et chorégraphe de renom, la voix chorégraphique d’Ausia Jones reflète sa génération – confiante, l’esprit vif, spontanée, informée. Son langage gestuel offre au public une autre perspective au cours de cette soirée – une perspective qui s’inspire de divers langages gestuels, du groove et du contrepoint.

La compagnie montera sur scène au cours des 50 prochaines années en emportant avec elle ces voix distinctes – des voix vivantes, qui s’adaptent, écoutent, réagissent, innovent et évoluent. C’est l’ADN des Ballets Jazz Montréal et l’ESSENCE de notre programme.

Ausia Jones

Originaire de Dallas, au Texas, Ausia Jones a obtenu un baccalauréat de beaux-arts en danse avec une spécialisation en chorégraphie à l’USC Glorya Kaufman School of Dance. Pendant son séjour à l’USC Kaufman, Ausia a reçu une formation à la Hubbard Street Dance Chicago, à l’Alvin Ailey American Dance Theater, à l’Orsolina Forsythe/Pite et au Jacob’s Pillow Dance Festival.

En tant que danseuse, elle a eu l’honneur d’interpréter des œuvres de William Forsythe, Robert Battle, Cayetano Soto, Aszure Barton, Jiri Kylian, entre autres. Elle a chorégraphié au Booker T. Washington HSPV à Dallas, TX, au USC Kaufman Choreography à Los Angeles, CA et au New York Live Arts à New York, NY.

Parmi ses nombreux accomplissements, Mme Jones a reçu la bourse Orion Choreo-graphic Fellowship, la bourse Toulmin Creator Grant, le panel White Bird Celebrating Black Women in Dance, la mention honorable YoungArts en chorégraphie et en danse moderne et la bourse 2020 USC Deans Scholarship (prix académique pour un trimestre de scolarité).

Tout en continuant à cultiver sa passion, Ausia espère partager ses connaissances et son amour de la danse de manière à inspirer et à éduquer la prochaine génération de jeunes artistes. Elle s’est jointe aux Ballets Jazz Montréal en 2020.

Crystal Pite

Au cours d’une carrière de chorégraphe qui s’étend sur trois décennies, Crystal Pite a créé plus de 50 œuvres pour des compagnies de danse au Canada et dans le monde entier. Elle est la directrice artistique fondatrice de la compagnie Kidd Pivot de Vancouver, reconnue mondialement pour ses hybridations radicales entre la danse et le théâtre, assemblées avec un sens aigu de l’esprit et de l’invention. Mme Pite est connue pour ses œuvres qui abordent courageusement des thèmes aussi difficiles et complexes que les traumatismes, la toxicomanie, les conflits, la conscience et la mortalité. Sa vision audacieuse et originale lui a valu une reconnaissance internationale et a inspiré toute une génération d’artistes de la danse.

Crystal Pite est née à Terrace, en Colombie-Britannique, et a grandi à Victoria. Elle a commencé sa carrière de danseuse comme membre de la compagnie du Ballet British Columbia (Ballet BC), puis du Ballett Frankfurt de William Forsythe. Elle a fait ses débuts de chorégraphe en 1990 au Ballet BC, et depuis, elle a créé des œuvres pour des compagnies aussi prestigieuses que le Royal Ballet, le Ballet de l’Opéra de Paris, le Nederlands Dans Theater I, le Ballet Cull-berg, le Ballett Frankfurt, le Ballet national du Canada, Ballets Jazz Montréal (chorégraphe résidente de 2001 à 2004) et le Cedar Lake Contemporary Ballet. Elle a également collaboré avec l’Electric Company Theatre et Robert Lepage, et est actuellement chorégraphe associée du Nederlands Dans Theater I, artiste de danse associée du Centre national des Arts du Canada et artiste associée du Sadler’s Wells à Londres.

En 2002, elle a créé Kidd Pivot, une compagnie qui s’efforce de distiller et de traduire des questions universelles en œuvres d’art qui nous relient à des parties profondes et essentielles de l’humanité. Kidd Pivot effectue des tournées internationales avec des œuvres acclamées par la critique telles que Betroffenheit et Revisor (toutes deux co-créées avec le dramaturge Jonathon Young), The Tempest Replica, Dark Matters, Lost Action et The You Show. En 2008, Crystal Pite a participé au programme inaugural de mentorat des GGPAA en tant que protégée de Veronica Tennant, lauréate des GGPAA en 2004 et ancienne première danseuse du Ballet national du Canada.

Crystal Pite est membre de l’Ordre du Canada. Parmi les autres prix et distinctions qu’elle a reçus, mentionnons les Benois de la Danse, le Prix Jacqueline-Lemieux du Conseil des Arts du Canada, le Grand Prix de la danse de Montréal, deux UK Critics’ Circle Dance Awards, trois Lau-rence Olivier Awards et un doctorat honorifique de l’Université Simon Fraser.

Aszure Barton

Aszure Barton est née et a grandi en Alberta, au Canada. Elle a reçu sa formation officielle à l’École nationale de ballet de Toronto, où, en tant qu’étudiante, elle a contribué à la création du Stephen Godfrey Choreographic Showcase.

À ce jour, elle a collaboré et créé des œuvres pour Mikhail Baryshnikov, Fang Yi Sheu, Ekaterina Shipulina/Bolshoi Ballet, le Ballet national du Canada, l’Alvin Ailey American Dance Theater, le Bayerisches Staatsballett, le Houston Ballet, l’American Ballet Theatre, la Martha Graham Dance Company, le Nederlands Dans Theater, la Sydney Dance Company, le Ballet British Columbia, le Hubbard Street Dance Chicago et Ballets Jazz Montréal (chorégraphe résidente de 2005 à 2008), entre autres. Aszure a également dirigé des ateliers de maître, servi de mentor et créé pour des établissements de formation renommés, dont l’Université Harvard, la Juilliard School, l’Université de New York, Arts Umbrella, l’École nationale de ballet du Canada et l’Institut Laban (Royaume-Uni).

Parmi ses autres travaux, citons la chorégraphie pour la reprise de la production de l’Opéra de quat’sous à Broadway, mise en scène par Scott Elliott (traduction de Wallace Shawn, et mettant en vedette Alan Cumming, Jim Dale, Nellie Mackay, Ana Gasteyer et Cyndi Lauper), des projets de films et d’installations, ainsi que des activités de sensibilisation internationale comme le Earth Project du Kenya : Healing the Rift, au Laikipia Nature Conservancy. Les chorégraphies d’Aszure ont été présentées dans de nombreux projets cinématographiques et télévisés, notamment dans la série Iconoclasts de Sundance Channel avec Mikhail Baryshnikov et Alice Waters.

Aszure a été la première artiste en résidence au Baryshnikov Arts Center en 2005 et est une artiste en résidence au Banff Center depuis 2009. Elle a été proclamée ambassadrice officielle de la chorégraphie contemporaine au Canada et, plus récemment, elle a reçu le prix Koerner de la chorégraphie. En 2012, elle a été honorée par le prestigieux prix Arts & Lettres du Canada, rejoignant ainsi les rangs d’Oscar Peterson, Eugene Levy, Karen Kain et Christopher Plummer.

Elle est la fière fondatrice et directrice d’Aszure Barton & Artists, un collectif d’artistes visuels, sonores et de la scène, et son travail continue de tourner en Europe, en Asie et en Afrique, ainsi qu’en Argentine, au Brésil, au Canada et aux États-Unis.