Prénom Nom
Théâtre

Prénom Nom

Guillaume Mika

Quel est le point commun entre l’évolution des espèces et l’évolution scolaire? La compagnie toulonnaise Des Trous dans la Tête continue de croiser les genres avec Prénom Nom, un laboratoire fictionnel mêlant génétique, tardigrades, orientation scolaire et contorsionnisme. Un projet transdisciplinaire et ludique mais non dénué de sérieux scientifique auquel s’associe joyeusement Le Liberté.

Prénom Nom
Prénom Nom
Prénom Nom
Prénom Nom
Lieu
  • Le Liberté
  • Salle Fanny Ardant
Accessibilité
  • Pour tous
    • dès 15 ans
  • Dates Durée 1h25 environ
  • mercredi 14 décembre 2022 20:00
  • jeudi 15 décembre 2022 14:30
  • jeudi 15 décembre 2022 20:00
Tarif B
  • Plein tarif 24 €
  • Tarif préférentiel 19 €
  • Tarif avec la Carte Encore 19 €
  • Tarif formule 3 spectacles et + 18 €
  • Tarif formule 10 spectacles et + 16 €
  • Tarif demandeur d'emploi 16 €
  • Tarif jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

Depuis Darwin, de nombreuses études sur le développement embryonnaire ont vu le jour, mais à bien des égards, il reste puissamment mystérieux. Certaines théories et « faits divers » ont été le point de départ d’une rêverie scientifique pour Guillaume Mika, le poussant à imaginer la naissance d’un tardigrade géant. Tardigrade ? Animal réel encore peu connu, mais plus pour longtemps ! Les tardigrades sont de fascinants animaux microscopiques que l’on classe dans la catégorie extrémophile, c’est-à-dire que dans certaines conditions, ils développent un bouclier résistant à tout, quasi indestructible. Mais le tardigrade de notre fable s’appelle Lucas, il est à échelle humaine, et aujourd’hui, il a un rendez-vous au C.I.O, le Centre d’Information et d’Orientation. Un moment crucial pour son futur, face à une conseillère-psychologue de l’Éducation nationale. Derrière l’étrange et l’absurde, ce « spectacle-hymne à l’informe » pose des questions sociales et scientifiquement étayées. Prénom Nom promet de réduire la distance entre art et sciences, c’est un spectacle transformiste, autrement dit… évolutionniste.

Coproduction et résidence Châteauvallon-Liberté

Écriture et mise en scène Guillaume Mika
Collaboration artistique et dramaturgique Samuel Roger
Avec Adalberto Fernandez Torres, Heidi-Eva Clavier et Guillaume Mika
Création tardigrades et costumes Aliénor Figueiredo assistée de Julie Cuadros
Scénographie et accessoires Mathilde Cordier
Lumières et régie générale Léo Grosperrin
Vidéo Valery Faidherbe
Musique Vincent Hours
Collaboration au mouvement Violeta Todo-Gonzalez
Construction Alexis Boullay
Collaboration tardigrades Laurence Héchard
Assistanat technique Rose Bienvenu
Administration Shanga Morali / Mozaïc
Diffusion Claire Novelli
Remerciements spéciaux à Arthur Tremerel, Cédric Hubas, Juliette Malfray, Clémence Weill, Lucie Lastella, Laura Dahan, Marie De Basquiat, Léa Leduc et Alexandra Cismondi

Production Compagnie des Trous dans la Tête
Coproduction Châteauvallon-Liberté, scène nationale / La Passerelle, scène nationale de Gap et des Alpes du Sud / Théâtre de Vanves, scène conventionnée d’intérêt national « Art et création » pour la danse et les écritures contemporaines à travers les arts / Le Carré Sainte-Maxime / Théâtre des Halles, Avignon / La Joliette, scène conventionnée art et création expressions et écritures contemporaines, Marseille / Le Cube – Studio Théâtre d’Hérisson
Partenaires La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon – Centre national des écritures du spectacle / Le Lieu multiple, pôle de création numérique de l’Espace Mendès France, Poitiers / Le théâtre Durance / La Nef — Manufacture des Utopies / Le Lieu — fabrique de création à Gambais
La compagnie Des Trous dans la Tête est soutenue par la Ville de Toulon, la Métropole Toulon-Provence-Méditerranée, le Département du Var, la Région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur et le ministère de la Culture – DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Photos © Alexis Boullay
Texte © Guillaume Mika et Frédéric Maria

Quel est le point commun entre l’Évolution des Espèces et l’Évolution Scolaire ?

Depuis Darwin, de nombreuses études sur le développement embryonnaire ont vu le jour, mais à bien des égards, il reste puissamment mystérieux. Certaines théories et « faits divers » ont été le point de départ d’une rêverie scientifique, nous poussant à imaginer la naissance d’un tardigrade géant. Tardigrade ? Animal encore peu connu, mais plus pour longtemps ! Les tardigrades sont de fascinants animaux microscopiques que l’on classe dans la catégorie extrémophile, c’est-à-dire que dans certaines conditions, il développe un bouclier résistant à tout, quasi indestructible. Mais le tardigrade de notre histoire s’appelle Lucas, il est à échelle humaine, et aujourd’hui, il a un rendez-vous au C.I.O, le centre d’information et d’Orientation. Un moment crucial pour son futur, face à une conseillère-psychologue de l’Education Nationale.

Derrière l’étrange et l’absurde, ce « spectacle-hymne à l’informe » promet de réduire la distance entre art et sciences, c’est un spectacle transformiste, autrement dit… évolutionniste.  On y retrouvera pêle-mêle un microscope, des animaux préhistoriques, un secrétaire un peu trop rationnel, et évidemment quelques tardigrades facétieux.

Guillaume Mika

Diplômé de l’ERAC en 2011, Guillaume Mika est élève-comédien durant un an la Comédie Française, il travaille avec Christophe Rauck, Jacques Vincey, Alain Françon et Anne Kessler. Au sein de cette institution, il met en scène et joue La Confession de Stavroguine d’après Les Démons de Dostoïevski en 2012. Ce spectacle devient la première création de la Compagnie «des Trous dans la Tête» qu’il fonde à Hyères.

Il est clown dans Chants périlleux mis en scène par Nikolaus. Dernièrement, on a pu le voir en tant que comédien dans ZEP mis en scène par Hubert Colas au théâtre de Durance, Le Pays de Rien mis en scène par Betty Heurthebise au TNBA ou dans Fratrie mis en scène par Renaud-Marie Leblanc, Dans la chaleur du foyer et Retrouvailles par la compagnie du Double, Si bleue, si bleue la mer mis en scène par Armel Veilhant ou encore Ce Démon qui est en lui mis en scène par Hervé Pierre, pour lequel il signe également la création vidéo.

Parallèlement, il entreprend des projets cinématographiques avec l’écriture, la réalisation et le montage du court-métrage Verfolgt en 2009 , le long-métrage Forme en 2011 sélectionné à Cannes Cinéphiles 2012, et Et Pourquoi Pas ?, un court-métrage d’évasion joué par des acteurs ayant Alzheimer en 2015.