Tous les marins sont des chanteurs
Musique

Tous les marins sont des chanteurs

François Morel, Gérard Mordillat & Antoine Sahler

Entendez-vous les mouettes et le chant des marins ? Dans ce spectacle tendre et facétieux, François Morel sort de l’oubli un marin-poète, chantre des côtes bretonnes. Aidé de ses acolytes aussi espiègles que lui, l’ex-Deschiens met en musique ces textes d’antan de manière réjouissante. Prenez place ! Nous prenons le large pour fêter la mer et l’amitié.

Tous les marins sont des chanteurs
Tous les marins sont des chanteurs
Tous les marins sont des chanteurs
Lieu
  • Châteauvallon
  • Amphithéâtre
Accessibilité
  • En famille
    • dès 10 ans
  • Dates Durée 1h40
  • mardi 9 juillet 2024 22:00
Les Nocturnes
  • Plein tarif 35 €
  • Tarif adulte avec la carte Châteauvallon-Liberté 25 €
  • Tarif partenaire (CE et Associations culturelles partenaires) 25 €
  • Tarif - 30 ans 15 €
  • Tarif - 18 ans 10 €
  • Tarif solidaire 5 €

Avec la Carte Châteauvallon-Liberté, votre 6ème place de spectacle est offerte !

Informations pratiques

Au hasard d’une brocante, François Morel dit avoir découvert La Cancalaise, une brochure datant de 1894 et dans laquelle douze chansons d’Yves-Marie Le Guilvinec étaient reproduites. Saint-Malo, Guingamp, Lorient, elles y relataient le quotidien des marins, la solitude et l’amour, l’ivresse et la liberté. Fasciné, il fit le serment de redonner vie à ce pêcheur qui jurait qu’avec « le thon, tout est bon ».

Dans cette comédie musicale drolatique, au décor façon bateau, François Morel est mi-chanteur, mi-comique. Avec ses comparses, il ravive joyeusement ces souvenirs. Et fait entendre cette poésie autrefois populaire au son de la guitare et de l’accordéon. Tous les marins sont des chanteurs est un petit bijou plein d’humour.

De François Morel, Gérard Mordillat et Antoine Sahler
Avec François Morel, Romain Lemire, Antoine Sahler (clavier, accordéon, guitare, percussions, trompette, chœur), Amos Mah (guitare, violoncelle, chœur), Muriel Gastebois (percussions, chœur)
Chansons Yves-Marie Le Guilvinec adaptées et réarrangées par François Morel, Gérard Mordillat et Antoine Sahler
Musique Antoine Sahler
Décor Edouard Laug
Lumière Alain Paradis
Son Yannick Cayuela
Vidéo Camille Urvoy
Costumes Elisa Ingrassia
Direction technique Denis Melchers
Habilleuse Ève Le Trévédic
Réalisation du décor Les Ateliers Jipanco et Cie
Remerciements Jean-Yves Crochemore

Production Les Productions de l’Explorateur
Avec le soutien du Centre National de la Musique, du Théâtre du Vésinet et du Théâtre de l’Olivier – Scènes et Cinés, scène conventionnée Art en territoire
Production déléguée Valérie Lévy assistée de Manon Pontais

Photos © M. Toussaint
Texte © Vanessa Asse

De la presse aux donneurs d’avis, la fable de François Morel est saluée pour ce qu’elle est : cocasse, touchante, endiablée, idiote, émouvante ou délicieuse. Le Monde

Tous les marins sont des chanteurs, comédie musicale drolatique, drôlerie enchantée, patronage très haut de gamme, le tout réglé comme du papier à musique par ce pitre amiral qu’est François Morel. Le Monde

Le résultat est formidable. Outre la poésie des mots, parfois crus, il y a la qualité musicale de ce florilège d’airs entraînants et vivifiants. Le Figaro Magazine

Comédien formé à l’École de la Rue Blanche, François Morel débute sa carrière dans la troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff et incarne Monsieur Morel dans Les Deschiens pendant sept ans. Depuis, il poursuit une carrière de metteur en scène, de comédien pour le théâtre et le cinéma, mais aussi de chanteur et parolier. Au théâtre, il joue notamment sous la direction de Michel Cerda, Tilly, Jean-Michel Ribes, Anne Bourgeois et Catherine Hiegel. Au cinéma, il tourne avec de nombreux réalisateurs dont Lucas Belvaux, Tonie Marschall, Guy Jacques, Étienne Chatiliez, Laurent Tirard, Pascal Rabaté, Noémie Lvovsky…

Depuis 15 ans, il crée ses propres spectacles : Bien des choses avec Olivier Saladin, Collection Particulière mis en scène par Jean-Michel Ribes, Instants Critiques avec Olivier Saladin, Olivier Broche et Lucrèce Sassella, La fin du monde est pour dimanche mis en scène par Benjamin Guillard, Hyacinte et Rose, les concerts Le Soir des lions et La Vie mis en scène par Juliette, J’ai des Doutes, sur les textes de Raymond Devos. Le disque La Vie reçoit le Grand prix de l’Académie Charles Cros en 2017. Il remporte en 2019 le Molière du Meilleur comédien dans un spectacle de Théâtre public pour J’ai des Doutes ainsi que le Prix humour de la SACD. François Morel rend hommage à Brassens pour son centenaire en octobre 2021 et chante avec Yolande Moreau dans le disque Brassens dans le texte (Universal-Fontana). François a écrit avec son fils Valentin Le Dictionnaire amoureux de l’Inutile, sorti en octobre 2020 chez Plon.

Ça va aller, le dernier recueil de chroniques est sorti en octobre 2021 chez Denoël. Il crée en novembre 2020 son dernier spectacle Tous les marins sont des chanteurs avec Gérard Mordillat, Romain Lemire, Antoine Sahler, Amos Mah et Muriel Gastebois. Depuis 2009, il assure une chronique hebdomadaire sur France Inter : Le Billet de François Morel.

Pierre Notte — Vous rêviez de prendre la mer, de vous faire pêcheur breton ? Vous changez de peau ?

François Morel — Peut-être ! Mais je dois faire un aveu, mon pied n’est guère marin. S’il y a un endroit où je ne suis guère utile, c’est bien sur un bateau. Alors que sur une scène de théâtre… quelquefois je suis capable de faire preuve d’un certain esprit d’initiative…

Pierre Notte — On retrouve sur scène le bateau de Le Guilvinec… Le théâtre, qui emprunte tout son vocabulaire technique aux marins, se transforme ici en chalutier… C’est un retour aux sources ?

François Morel — Je sais les mots qui portent malheur sur les bateaux et les scènes de théâtres, j’éviterai donc de les employer. S’il est question de pendu, il sera accroché non pas à une c…e mais à un lustre !

Pierre Notte — Vous découvrez les textes de Le Guilvinec à Saint-Lunaire, il est natif du coin… Vous célébrez le pays breton ?

François Morel — J’espère en effet que le spectacle ne s’adressera pas aux seuls Bretons ! On a toujours besoin d’un cadre pour raconter une histoire et là, pas de doute, le décor est armoricain. Beaucoup de noms de cités bretonnes sont évoqués : Saint-Malo, Languenan, Guingamp, Brest, Lorient, Ploubalay…

Pierre Notte — Mais il s’agit aussi d’une fête universelle…

François Morel — Comme il sera question de retrouvailles et de séparations, de désir et d’attente, d’amour, d’amitié, de liberté, d’ivresse et de pêche à la morue, on évoquera forcément des thèmes qui concerneront j’espère à la fois les femmes et les hommes, les marins et les terriens, les gens d’ici et d’ailleurs… Nous tenterons de traverser les frontières, les paysages et les générations.

Pierre Notte — Y a-t-il beaucoup de mensonges ou d’ajouts dans Tous les marins sont des chanteurs… Le Guilvinec a-t-il seulement existé ?

François Morel — Nous vous mènerions en bateau ? Vous pensez qu’on irait inventer un personnage de toutes pièces pour le seul plaisir de raconter des histoires ? On ne serait pas les premiers, vous me direz. Vous connaissez la phrase de Boris Vian : « Cette histoire est vraie puisque je l’ai inventée ».

Pierre Notte — Il ne s’agit donc pas d’une invention de Gérard Mordillat ? Ou de vous-même, peut-être ?

François Morel — Franchement, j’aurais pu être comme vous, dubitatif et circonspect… Mais quand j’ai su que Gérard Mordillat, auteur d’essais extrêmement sérieux notamment sur l’économie et la religion faisait partie de l’aventure, il ne pouvait plus y avoir de doute sur l’existence même d’Yves-Marie Le Guilvinec, qui est, il faut le dire, ce grand oublié océanique.

Pierre Notte — Il vous complète comment et en quoi, ce Guilvinec ?

François Morel — Le Guilvinec ose aborder les sujets frontalement, ce que je ne sais pas toujours faire. Je prends souvent les choses en biais, j’emprunte des raccourcis qui rallongent, je fais des pas de côté… Généralement, Yves-Marie ne s’embarrasse pas de détours. Il prend les sujets à bras le corps : la pêche industrielle, le rapport aux naufragés. Il n’hésite pas d’une certaine manière à se faire chanteur engagé ! Je suis plus un chanteur dégagé.

Pierre Notte — Qu’avez-vous appris du monde d’aujourd’hui, de ces temps particuliers, au contact de la poésie de Le Guilvinec ?

François Morel — Comme vous l’apprendrez à votre tour de la bouche de Gérard Mordillat ou de Romain Lemire, Yves-Marie, mort en mer à l’âge de 30 ans en 1900, parle du monde d’aujourd’hui. Il est volontiers visionnaire, il souligne les ravages de l’industrialisation qui ne sont pas nés de la dernière pluie, la dernière pluie qui n’est pas spécifiquement bretonne puisque Thucydide en fait mention dans son fameux ouvrage La Guerre du Péloponnèse.

Pierre Notte — Allez-vous échanger le cidre contre le tafia ?

François Morel — Jamais !

Pierre Notte — C’est encore la poésie populaire que vous défendez ici… Vous pensez qu’elle est en voie d’extinction ?

François Morel — La poésie sera d’autant plus populaire qu’elle sera mise en musique par Antoine Sahler, Amos Mah et Muriel Gastebois, l’un au piano, à la trompette et à l’accordéon, l’autre à la guitare et au violoncelle et la dernière aux percussions. Mais dans le fond, je ne fais pas tellement des spectacles pour défendre quoi que ce soit… Plutôt pour partager. Partager des émotions, des moments joyeux, mélancoliques ou tendres, selon ce qui vient… Pour se consoler aussi, se sentir vivant, être ensemble. Dans l’ambiance générale, je crois qu’il est bon de rester groupés. On est tous sur le même bateau.

Partenaires institutionnels

Logo Métropole Toulon Provence Méditerranée Logo ville d'Ollioules Logo ville de Toulon Logo du département du Var Logo Région Sud Logo Pass Culture

Partenaires médias

Logo arte Logo Télérama Logo TPBM

Entreprises Grands partenaires

Logo_Reseau_Mistral_GroupeRATP_2023

Entreprises partenaires

Logo_ADETO Logo Côte de Provence Logo domaine Lolicé

Partenaires culturels

Logo opéra de Toulon Logo La Fnac Logo Arsud