VOCABULARY OF NEED
Danse

Vocabulary of need

Yuval Pick

Au cœur de la nouvelle pièce chorégraphique de Yuval Pick, il y a un monument de la musique baroque, Jean-Sébastien Bach et sa Partita n°2 en ré mineur. Sur scène, quatre danseuses et quatre danseurs dialoguent avec cette matière sonore. Comme une communauté en quête de sens, arrimée au sol, ballotée entre flux et reflux, la musique les élève et les projette hors de leur indécision. Envoûtant.

VOCABULARY OF NEED
VOCABULARY OF NEED
VOCABULARY OF NEED
Lieu
  • Châteauvallon
  • Théâtre couvert
Accessibilité
  • Pour tous
    • dès 12 ans
  • Dates Durée 1h
  • mardi 10 janvier 2023 20:30
Tarif A
  • Plein tarif 29 €
  • Tarif préférentiel 21 €
  • Tarif avec la Carte Encore 21 €
  • Tarif formule 3 spectacles et + 20 €
  • Tarif formule 10 spectacles et + 18 €
  • Tarif demandeur d'emploi 16 €
  • Tarif jeune 11 €
  • Tarif solidaire 5 €
Informations pratiques

« Le son et la musique sont, de manière récurrente, des sources d’inspiration fondamentales dans mon travail. Je cherche à explorer les relations que la musique et les rythmes du mouvement peuvent créer. Comment se révèlent-ils mutuellement ? Comment décomposent-ils et recomposent-ils l’espace ? Comment le matérialisent-ils ? Comment ce dialogue dévoile-t-il l’humain ? » En quelques années, le chorégraphe
Yuval Pick a imposé une écriture explorant sans cesse les relations entre le mouvement et la musique. Dans Vocabulary of need, les corps se décentrent, se désaxent. Tous vêtus de la même manière et portés par la même quête de sens, ils sont pourtant bien différents ; « chaque être recèle une connaissance innée que la danse a le pouvoir de dévoiler ». Le travail du chorégraphe questionne également le rapport que l’individu entretient avec le groupe. Incomplet, il a besoin de se construire avec l’autre. Peu à peu les corps vont s’accorder jusqu’à s’étreindre. Ensemble, ils créent un langage orchestral.

Chorégraphie Yuval Pick
Avec Julie Charbonnier, Jade Sarette, Thibault Desaules, Guillaume Forestier, Alejandro Fuster Guillén, Fanny Gombert, Madoka Kobayashi et Emanuele Piras
Assistanat à la chorégraphie Sharon Eskenazi
Création sonore Max Bruckert
Extraits de Partita en ré mineur de Jean-Sébastien Bach, par Christoph Poppen (avec l’aimable autorisation d’ECM Records)
Lumières Sébastien Lefèvre
Scénographie Bénédicte Jolys
Costumes Paul Andriamanana assisté de Gabrielle Marty et Mathilde Giraudeau
Regard complice Michel Raskine

Production CCNR et Yuval Pick
Coproduction Scène Nationale de Saint-Nazaire / National Kaohsiung Center for the Arts Weiwuying (Taiwan) / Theater Freiburg (Allemagne), KLAP Maison pour la danse à Marseille / Biennale de la danse de Lyon 2020 / GRAME Centre National de Création Musicale
Résidence KLAP Maison pour la danse à Marseille / Maison de la Danse de Lyon / Scène Nationale de Saint-Nazaire

Photos © Romain Tissot
Texte © Marie Minair

Et comme de coutume, il signe là encore une pièce marquée par une écriture élaborée du mouvement où il interroge l’équilibre sans cesse remis en cause entre l’individu et le groupe. Toute la Culture

Vocabulary of Need : l’expression chorégraphique du manque. […] Le spectacle mène ainsi une réflexion riche et subtile sur l’individu face à lui-même, à la société et à sa place dans l’univers. Art-press

Mettant en scène une communauté en quête de sens, qui arrimée au sol tend à s’élever, Yuval Pick souligne finement toute la spiritualité de ce chef-d’œuvre de la musique baroque. Maîtrisant brillamment les rapports de l’individu au groupe, également au centre de sa recherche, il joue de l’espace entre les corps et montre une humanité incomplète, avide de lien. La Terrasse

Le son et la musique sont de manière récurrente, des sources d’inspirations fondamentales dans mon travail. Je cherche à explorer les relations que la musique et les rythmes du  mouvement peuvent créer. Comment se révèlent-ils mutuellement, comment décomposent-ils et recomposent-ils l’espace, comment le matérialisent-ils ? Comment ce dialogue dévoile-t-il l’humain ?

Conjointement à cette recherche, je questionne aussi le rapport que nous entretenons avec un groupe, un ensemble. Comment la juxtaposition des singularités peut-elle faire vivre un espace commun, quels rites imaginons-nous pour créer un sentiment d’appartenance ? Pour ce nouveau projet, je cherche à me confronter à une œuvre majeure dans l’histoire de la musique, un monument musical, qui revêt un caractère universel et intemporel.

Le violoniste américain Joshua Bell la décrivait ainsi : « Il ne s’agit pas seulement de l’une des plus grandes pièces de musique jamais écrites, mais de l’une des plus grandes créations de l’esprit humain. C’est une pièce spirituellement puissante, émotionnellement puissante, structurellement parfaite ».

L’album Murimor mené par la musicologue Helga Thoene et le violoniste Christoph Poppen en collaboration avec le Hilliard Ensemble, est un projet qui m’intrigue par sa démarche, visant à mettre en lumière les messages cachés de cette œuvre pour violon solo de Bach, en l’entremêlant de citations chorales.

Révéler ces références codées, puiser l’essence de cette musique, m’inspire profondément. Par ma danse et l’engagement de mes danseurs, je chercherai moi aussi à explorer d’autres manières de faire entendre cette musique et de réorganiser les matériaux sonores. Pour ce projet, ma recherche chorégraphique s’oriente autour de la tension entre axe central et déplacement(s). Le corps s’extrait de son axe en créant des situations asymétriques. Incomplet, il ne suffit pas à lui-même : il cherche à (se) construire, à construire avec l’autre et à (re)construire l’espace.

Pour cette nouvelle création, j’ai fait le choix de travailler avec un groupe constitué de 8 danseurs. Cet effectif de danseurs, plus important que dans mes pièces précédentes, intensifiera par sa force et sa vitalité, les points de rencontres et les lignes de fuite.

Ces multiples mouvements en devenir, ces corps en quête de sens, participent de l’élaboration d’un langage orchestral, en dialogue constant avec la matière sonore. Le désir d’atteindre quelque chose de plus grand, se cristallisera dans cette étreinte fugace entre danse et musique.

Yuval Pick

Yuval Pick a imposé en quelques années une écriture chorégraphique unique, libérée de toutes les influences qui ont jalonné son parcours d’artiste.
De création en création, il approfondit sans cesse son approche du rapport du mouvement à la musique. Il construit des dialogues inédits, entremêle les éléments rythmiques, recompose les espaces. Dans son approche, aucune matière n’asservit l’autre, pas plus qu’elle ne l’ignore.

Nommé à la tête du CCN de Rillieux-la-Pape en août 2011, Yuval Pick a derrière lui un long parcours d’interprète, de pédagogue et de chorégraphe. Formé à la Bat-Dor Dance School de Tel Aviv, il intègre la Batsheva Dance Company en 1991 qu’il quitte en 1995 pour entreprendre une carrière internationale auprès d’artistes comme Tero Saarinen, Carolyn Carlson ou Russel Maliphant. Il entre en 1999 au Ballet de l’Opéra National de Lyon avant de fonder en 2002 sa propre compagnie, The Guests. Depuis il signe des pièces marquées par une écriture élaborée du mouvement, accompagnée de fortes collaborations avec des compositeurs musicaux et où, dans une forme de rituel, la danse propose un équilibre sans cesse remis en cause entre l’individu et le groupe. En 2012, il crée No play hero, pièce pour 5 danseurs et 5 musiciens autour de la musique du compositeur David Lang et Folks pièce pour 7 danseurs pour la Biennale de la Danse de Lyon. En 2014, deux créations, le duo loom sur la musique de Nico Muhly et Ply pièce pour 5 danseurs avec la compositrice américaine Ashley Fure. En 2015, il crée Apnée (corps vocal) pour quatre danseurs et six chanteurs et Are friends electric? pour six danseurs autour de la musique de Kraftwerk. En 2016, sur une demande des Monuments Nationaux, Yuval Pick crée le projet in situ Hydre au Monastère Royal de Brou dans le cadre de Monuments en mouvement #2. En 2018, il présente Acta est fabula à Chaillot – Théâtre National de la Danse qu’il adapte un an plus tard en une version destinée au jeune public : Lil’Acta. En janvier 2020, il présente sa nouvelle création, Vocabulary of need au Théâtre – Scène Nationale de St-Nazaire, avant d’accepter deux commandes pour le ballet de l’Opéra de Lyon en septembre 2020 – Terrone et There is a blue bird in my heart en mars 2022. Yuval Pick travaille actuellement à la création de deux pièces : Kairos, solo pour Madoka Kobayashi, présenté en avant-première au Musée d’Art Contemporain de Lyon (janvier 2020) et FutureNow, sa première création jeune public (2022).